Comment retarder l'apparition de la maladie d'Alzheimer ?

  • A
  • A
Alzheimer, PHILIPPE HUGUEN / AFP 1280 0:56
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Thierry Lhermitte, parrain de la Fondation pour la Recherche Médicale, était l'invité de Wendy Bouchard sur Europe 1, vendredi. En cette journée mondiale contre la maladie d'Alzheimer, il a livré quelques clés pour tenter de retarder l'apparition des premiers symptômes.
LE TOUR DE LA QUESTION

Malheureusement, on ne peut pas guérir de la maladie d'Alzheimer. En revanche, il y a "une chance de retarder l'apparition des symptômes", a expliqué Thierry Lhermitte au micro de Wendy Bouchard sur Europe 1, vendredi, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre la maladie d'Alzheimer. Cette "chance" passe par "les activités cognitives".

"Quand les symptômes arrivent, ça veut dire que tous les circuits de remplacement du cerveau ont été épuisés. Avant, on ne s'en rend pas compte. (...) On a cette merveilleuse capacité du cerveau qui est la plasticité, qui fait que quand quelque part ça ne marche pas, il y a un autre circuit qui prend le relais. Quand il n'y a plus de relais, les symptômes apparaissent", précise l'acteur, parrain de la Fondation pour la Recherche Médicale.

"Les activités cognitives, ce n'est pas que intellectuel." "Ça veut dire que quand on a créé beaucoup de relais - parce qu'on a étudié, qu'on a fait marcher son cerveau - la maladie est retardée", complète-t-il, tout en soulignant que "les activités cognitives, ce n'est pas qu'intellectuel". Cela peut également être, par exemple, le bricolage ou encore le jardinage, bref "tout ce qui demande une planification".

>> De 9h à 11h, c’est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l’émission ici

"Il ne faut pas non plus que tout le monde pense qu'il faut faire du Scrabble tous les jours, essayer d'apprendre une poésie ou une pièce de théâtre", abonde, toujours sur Europe 1, Marie Sarazin, neurologue et auteure de La maladie d'Alzheimer en 100 questions (Tallandier) : "Chacun a des capacités de mémoire différentes au départ, comme pour le sport."

Et comme pour le sport, de telles activités peuvent provoquer une recherche de performance, "qui va entraîner une anxiété et l'anxiété, ce n'est pas forcément bon pour la mémoire non plus", assure-t-elle. Marie Sarazin invite donc à pratiquer "des activités où on se fait plaisir, qui peuvent être vraiment de tout ordre".

50% de cas en moins en retardant la maladie de cinq ans. Voilà donc quelques clés pour, si ce n'est l'éviter, au moins retarder le développement de la maladie d'Alzheimer. Et Thierry Lhermitte insiste sur l'importance "des thérapies cognitives". A l'heure actuelle, près d'un million de personnes sont atteintes d'Alzheimer en France. "Retarder de cinq ans l'apparition des symptômes ferait tomber le nombre de cas de 50%", avance-t-il.

Et l'explication est limpide. "On mourrait d'autre chose avant" car, "pour la très grande majorité des gens, les symptômes commencent" à un âge très avancé, explique Thierry Lhermitte. Pour lui, "ces thérapies cognitives pourraient faire changer beaucoup les choses". D'autant plus qu'il n'existe "pas de test précoce" pour détecter la maladie en amont, donc "on ne peut que conseiller à tout le monde d'avoir des activités et physiques et intellectuelles". "De toute façon, ça ne peut pas faire de mal !", lâche-t-il dans un sourire.

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau