Avec les canicules, attention aux moustiques tigres !

  • A
  • A
1:24
© VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :
Porteurs de maladies mais très résistants aux insecticides, les moustiques tigres, qui aiment les grosses chaleurs, sont facilement reconnaissables. Pour pouvoir suivre l'évolution de leur propagation sur le territoire, l'Agence nationale de sécurité sanitaire appelle à signaler leur présence. 

Grâce aux canicules, il prolifère en France. L'année dernière, il était présent sur la moitié des départements en métropole. Le moustique tigre, un insecte exotique, venu d'Asie du Sud-Est, s’installe de plus en plus vers le nord du pays, au point qu'il est défini comme un "risque sanitaire majeur" par une commission d'enquête de l'Assemblée nationale qui s'est réunie sur le sujet. Les Français sont de plus en plus sensibilisés au problème, car le moustique est désormais présent dans les grandes métropoles.

Petit, silencieux, rayé et qui vit la nuit

À Montrouge, aux portes de Paris, Wilfried compte les piqûres d’insectes sur la peau de sa fille Emma, âgée de dix-huit mois. Avec sa compagne Solène, ils connaissent le coupable. "On les voit tout de suite, ils sont rayés", expliquent-ils au micro d'Europe 1. Ces moustiques ont aussi la particularité de vivre la nuit, d'être silencieux et d'avoir une taille assez réduite. Cinq fois plus petit que son cousin français, le moustique tigre mesure moins de 2 mm. Pour pouvoir suivre l'évolution de leur propagation sur le territoire, l'Agence nationale de sécurité sanitaire appelle à signaler leur présence. 

Jusqu'à 250 euros pour des insecticides

Alors dans leur petit appartement de Montrouge, Wilfried a installé de nombreux appareils sophistiqués censés chasser les insectes : des ultrasons, des ultraviolets… qui ne sont pas forcément très efficaces. "J'ai dépassé facilement les 250 euros là-dedans", déplore Wilfried. Car le moustique tigre est très résistant aux insecticides.

Surtout, il peut poser d’importants problèmes de santé, prévient Stéphane Gayet, médecin infectiologue au CHU de Strasbourg. "Ce moustique est redouté à cause des virus qu'il peut transmettre, comme ceux du chikungunya, de la dengue et du zika", explique-t-il au micro d'Europe 1. 

 Mais le médecin rassure : les cas sont rares en France pour l’instant. Dans le doute, en cas de piqûre, il faut bien désinfecter, conclut Stéphane Gayet, et aller voir un docteur si des symptômes apparaissent. 

Europe 1
Par Diane Berger, édité par Ariel Guez