Pouvoir d'achat : 7 Français sur 10 ne font pas confiance à l'exécutif

, modifié à
  • A
  • A
Édouard Philippe et Emmanuel Macron ne suscitent pas la confiance d'une majorité de Français pour leur redonner du pouvoir d'achat.
Édouard Philippe et Emmanuel Macron ne suscitent pas la confiance d'une majorité de Français pour leur redonner du pouvoir d'achat. © LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :
Les 18-24 ans sont cependant plus confiants dans une amélioration de leur situation que les personnes âgées de 65 ans.

Sept Français sur dix (70%) ne font pas confiance à Emmanuel Macron et au gouvernement d'Édouard Philippe pour améliorer leur pouvoir d'achat, contre 30% d'un avis contraire, selon un sondage Elabe diffusé jeudi.

Les jeunes plus confiants que les seniors. Les 18-24 ans sont les plus confiants dans une amélioration de leur situation (45%), les personnes âgées de 65 ans et plus le sont le moins (24%). Pour près de six personnes interrogée sur dix (58%) la politique conduite par le chef de l'État et le gouvernement va en fait dégrader leur situation financière, contre 8% selon lesquels elle va l'améliorer. 34% estiment que leur situation va "rester stable", selon cette enquête pour Les Échos, Radio Classique et l'Institut Montaigne.

Les Français plutôt pessimistes sur les mesures économiques de Macron. Au-delà de leur situation personnelle, 32% des Français interrogés pensent que la situation économique du pays va se dégrader sous l'effet de la politique conduite par le couple exécutif. Elle va rester stable pour 44% d'entre eux et s'améliorer pour 24%. Inquiétude également sur les effets de "la hausse de la CSG, la baisse des cotisations sociales et la suppression de la taxe d'habitation", dont près d'un Français sur deux (48%) pensent qu'elles vont réduire leur pouvoir d'achat. Ces mesures annoncées par le gouvernement n'auront pas d'effet dans ce domaine, selon 37% d'entre eux, et 14% seulement pensent qu'elles augmenteront leur pouvoir d'achat.

*Enquête réalisée en ligne les 30 et 31 janvier auprès de 1.000 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.