Quand François de Rugy estimait que Macron "ne parlait pas d'écologie"

, modifié à
  • A
  • A
L'ancien EELV accède au ministère de la Transition écologique et solidaire mardi. (image d'archives)
L'ancien EELV accède au ministère de la Transition écologique et solidaire mardi. (image d'archives) © Etienne LAURENT / POOL / AFP
Partagez sur :
Lors de la campagne pour la primaire de la gauche en vue de la présidentielle de 2017, François de Rugy affirmait qu'Emmanuel Macron "n'allait pas dans le sens de l'écologie". 

Le nouveau ministre d'État à la Transition écologique et solidaire, l'ex-EELV désormais LREM François de Rugy, estimait pendant la campagne présidentielle de 2017 qu'Emmanuel Macron "ne (parlait) pas d'écologie" et que "les ralliements" ne "(construiraient pas) l'ossature d'un gouvernement". En janvier 2017, alors candidat à la primaire citoyenne organisée par le Parti socialiste et plusieurs formations politiques de gauche, François de Rugy avait pointé "deux problèmes lourds avec Emmanuel Macron", lors d'une une émission sur France 24 et RFI.

"Il était plutôt sur l'ancien monde". "Le premier problème, pour moi, écologiste, c'est qu'il ne parle pas d'écologie. Je ne sais pas quel est son programme écologique. Quand il était ministre de l'Économie, non seulement il n'allait pas dans le sens de l'écologie, mais il était plutôt sur l'ancien monde", attaquait-il. Le candidat d'Écologistes! mettait ensuite en doute la capacité d'Emmanuel Macron, même élu, à former un gouvernement et à construire une majorité. "Quelle est la coalition ? Avec qui il travaille ? Personne ne le sait. Et là, ce ne sont pas les ralliements, sans vouloir être désagréable à l'égard de telle ou telle personne, qui vont construire l'ossature d'un gouvernement ou d'une majorité parlementaire", estimait-il.

 

Ralliement à Macron. Le 22 janvier 2017, François de Rugy était éliminé au premier tour de la primaire de gauche, en ne recueillant que 3,83% des voix - c'est le socialiste Benoît Hamon qui s'était finalement imposé. Un mois plus tard, le 22 février, François de Rugy annonçait son ralliement au candidat Macron.