Pour se relancer, La République en Marche se réorganise

  • A
  • A
Marlène Schiappa va venir renforcer l'organisation interne du parti.
Marlène Schiappa va venir renforcer l'organisation interne du parti. © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Le parti désormais dirigé par Stanislas Guérini va modifier sa structure interne, qui sera notamment rejoint par les ministres Marlène Schiappa et Sébastien Lecornu. 

La République en Marche doit annoncer vendredi une réorganisation de sa structure interne, dans laquelle doivent entrer deux membres du gouvernement, Marlène Schiappa et Sébastien Lecornu, a-t-on appris jeudi de sources concordantes internes au parti.

Marlène Schiappa s'occupera du "débat des idées". Le mouvement présidentiel doit notamment se doter d'une direction des idées séparée en deux branches : l'une, "débat des idées", animée par Marlène Schiappa secondée par le député du Val-d'Oise, Aurélien Taché ; l'autre, "prospective", chargée de contribuer au corpus idéologique du parti, et animée par le député du Val-de-Marne Laurent Saint-Martin et le député des Deux-Sèvres Guillaume Chiche.

Cette série de nominations intervient deux mois après l'élection de Stanislas Guérini à la tête du mouvement. Le député de Paris a notamment pour mission de relancer le parti macroniste, souvent resté au second plan depuis le début du quinquennat.

Le porte-parolat renforcé. Les "élections" et les "territoires" restent pilotés par le numéro 2 du parti, Pierre Person. Au sein de la direction des élections, un pôle consacré aux élections départementales de 2020 sera piloté par le ministre chargé des Collectivités territoriales, l'ex-LR Sébastien Lecornu, et Jean-Yves Gouttebel, président du Conseil département Puy-de-Dôme. Deux autres pôles doivent être annoncés, l'un pour les élections municipales (2020), l'autre pour les régionales (2021).

Le porte-parolat, que Laetitia Avia occupait seule depuis que Gabriel Attal avait rejoint le gouvernement à l'automne, sera désormais assuré par quatre "marcheurs" : outre la députée de Paris qui conserve sa fonction, Aurore Bergé (députée des Yvelines) - par ailleurs chargée de la "riposte" -, Carole Gandon (référente Ille-et-Vilaine), et, selon Le Monde, Jean-Baptiste Moreau (député de la Creuse), doivent diffuser le message du mouvement créé par Emmanuel Macron.

Une vingtaine de délégations doivent en outre être annoncées vendredi, par Stanislas Guérini, lequel a choisi pour bras droit le député des Hauts-de-Seine Adrien Taquet, qui sera "chargé de mission auprès du délégué général".