Pour Laurent Wauquiez, les djihadistes français capturés au Levant "ne doivent en aucun cas revenir sur le sol français"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le président des Républicains, interrogé lors du "Grand Rendez-vous" Europe 1/CNews/"Les Échos", estime que les djihadistes capturés en Syrie ou en Irak doivent être laissés aux mains des juridictions locales.

Comment faut-il traiter les djihadistes français qui rentrent en France ? Le gouvernement a longtemps assuré que les quelque 150 djihadistes français capturés en Syrie ou en Irak devaient être jugés sur place. Mais après le retrait des troupes américaines, 130 djihadistes français pourraient être rapatriés dans l'Hexagone, selon une information de BFMTV. Paris étudie "toutes les options", a indiqué de son côté le Quai d'Orsay. Ce qui a le don d'agacer le président des Républicains, Laurent Wauquiez.

"Pourquoi ne pas les confier à la justice en Irak ? Pourquoi ne pas les confier à la justice en Syrie ? Pourquoi ne pas faire des déchéances de nationalité ?", a-t-il tonné au micro du Grand Rendez-vous Europe 1/CNews/Les Échos, dimanche.

"Il y a des solutions qui existent, ce sont ces solutions que je demande au gouvernement de prendre", martèle-t-il. "Ils ne doivent en aucun cas revenir sur le sol français", estime le patron des Républicains.

La possibilité d'"assassinats ciblés". De son côté, le député Les Républicains Pierre-Henri Dumont a plaidé sur LCP "pour des assassinats ciblés", "afin que la France ne les réaccueille jamais", a-t-il dit. Une option que n'évacue pas Laurent Wauquiez. "La ministre de la Défense elle-même a dit que si les djihadistes mouraient en Syrie, c'était une bonne chose, et elle a raison. François Hollande a dit dans un livre qu'il avait lui-même organisé des opérations pour que la France tue des djihadistes en Syrie, et il avait raison", veut-il rappeler. Et de conclure : "La priorité, c'est la sécurité des Français".