Municipales à Paris : Hidalgo renonce au débat sur BFMTV mercredi et demande son report

, modifié à
  • A
  • A
"Je demande à la chaîne de le reporter à demain, afin de respecter le droit de grève de ses salariés", a justifié la maire sortante.
"Je demande à la chaîne de le reporter à demain, afin de respecter le droit de grève de ses salariés", a justifié la maire sortante. © Sipa
Partagez sur :
La candidate renonce au débat alors que les salariés de BFMTV et de RMC ont voté une grève de 24 heures ce mercredi pour contester un plan prévoyant des suppressions de postes.

Anne Hidalgo, candidate PS à sa réélection à la mairie de Paris, a annoncé renoncer au débat télévisé qui devait l'opposer à ses adversaires Agnès Buzyn et Rachida Dati mercredi soir sur BFMTV, dont les journalistes sont mobilisés contre un plan prévoyant des suppressions de postes.

"Je demande à la chaîne de le reporter à demain, afin de respecter le droit de grève de ses salariés"

"Je ne peux pas fermer les yeux sur la situation de ces salariés, et dans ces conditions, parce que le débat démocratique doit se dérouler dans des conditions sereines, je ne participerai pas au débat", écrit dans un communiqué la candidate de Paris en commun. "Je demande à la chaîne de le reporter à demain, afin de respecter le droit de grève de ses salariés, qu’ils puissent faire entendre leurs revendications, pour leur emploi et pour une information de qualité", ajoute la candidate qui a reçu une délégation des grévistes à 15 heures.

De nombreux salariés du groupe NextRadioTV (BFM, RMC) se sont mobilisés mercredi contre un plan d'économies qui prévoit de supprimer près d'un tiers des postes, alors que la filiale du groupe Altice a dévoilé le 17 juin un vaste plan d'économies et "de reconquête" pour faire face à l'impact de la crise du Covid-19.

Dati "partante", même sans Hidalgo

Du côté de Rachida Dati, on assure être "partants pour faire le débat ce soir, même si Anne Hidalgo n'est pas là". "On ne nous a pas demandé de le reprogrammer à demain à ce stade" et "on ne voit pas pourquoi on devrait changer tout pour une seule personne", a ajouté Nelly Garnier, la directrice de campagne de Rachida Dati, en précisant que la candidate LR avait proposé aux grévistes "de leur donner une partie de son temps de parole".