Pour sa rentrée, Marine Le Pen étrille Emmanuel Macron et lance un appel pour les municipales

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Après deux mois de silence, la présidente du RN a effectué sa rentrée dans son fief d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. Dans son viseur : Emmanuel Macron et la politique du gouvernement.
REPORTAGE

Une rentrée en terrain conquis pour Marine Le Pen. Après deux mois de silence, la présidente du Rassemblement national a relancé son duel avec Emmanuel Macron dans son fief de Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. "L'histoire retiendra que la pire faute politique de Monsieur Macron sera d'avoir lancé les Français les uns contre les autres", a attaqué Marine Le Pen.

"La France n'est pas une terre d'asile psychiatrique"

Dans son viseur : la PMA pour toutes, l'immigration et l'insécurité, les thématiques classiques du RN. "La France n'est pas une terre d'asile psychiatrique (…) Un sentiment d'insécurité généralisé s'installe en France. Insécurité physique, avec un ensauvagement progressif de la société, avec ces meurtres gratuits au couteau, à la machette, au sabre japonais, ces lynchages pour des motifs futiles, ces passages à tabac pour un simple regard, ces exactions barbares par de prétendus déséquilibrés souvent venus d'ailleurs", a-t-elle déclaré.

Marine Le Pen a également critiqué la réforme des retraites envisagée par le gouvernement. "La retraite à points fera que personne ne pourra plus savoir à quel âge il partira à la retraite, et quel sera le montant de sa pension. C'est là l'organisation d'une insécurité dans toute la vie professionnelle", a jugé la présidente du RN.

"J'appelle ceux qui souhaitent construire une alternative à nous rejoindre"

Marine Le Pen a également mis le cap sur les municipales et a lancé un appel au rassemblement. "J'appelle tous ceux qui souhaitent construire une alternative à la politique d'Emmanuel Macron à nous rejoindre. Ce qui nous anime est un esprit d'ouverture et d'union de toutes les bonnes volontés, venues de droite ou de gauche, du centre ou d'ailleurs."

La présidente du RN veut évidemment faire réélire ses onze maires, mais aussi conquérir d'autres villes pour renforcer son implantation locale. En ligne de mire : les futures départementales, régionales, et bien entendu la présidentielle de 2022.