Macron répond directement à une pétition de "gilets jaunes" sur "Change.org"

, modifié à
  • A
  • A
macron emmanuel
"Votre message, je l'ai entendu", assure dans sa réponse à la pétition le chef de l'Etat. © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Jeudi, le président de la République a posté une réponse à une pétition réclamant la baisse des prix des carburants.

La pétition demandant une baisse des prix des carburants a poussé l'Elysée à rentrer dans le débat. Postée sur Change.org, avec 1,1 million de signatures à la clef vendredi, elle a reçue jeudi une réponse directement rédigée par Emmanuel Macron, a rapporté jeudi Le Figaro.

"Vous avez raison". En plus de prendre des mesures d'urgence afin de mettre fin à la crise des "gilets jaunes", le président de la République a donc décidé de rentrer directement en contact avec les Français en colère. L'une d'entre eux, Priscilla Ludosky a lancé une pétition invitant "au dialogue" afin que les prix des carburants cessent d'augmenter. En plus de deux réponses venant de citoyens soutenant son combat, cette militante a donc aussi reçu une missive de l'Elysée. "Votre message, je l'ai entendu", y assure le chef de l'Etat. Et de concéder même qu'elle a raison de lancer une pétition mais aussi sur la teneur de son argumentaire : "vous avez raison : l’action contre le réchauffement climatique est un combat nécessaire, mais il ne doit pas opposer les problèmes de fin du monde aux problèmes de fins de mois".

Un argumentaire bien rôdé. Emmanuel Macron déroule ensuite les mesures prises afin de répondre à la colère des "gilets jaunes" entre hausse de la prime d'activité, exonération élargie de hausse de CSG pour des retraités ou encore heures supplémentaires défiscalisées. 

Une invitation au dialogue. Le président de la République invite ensuite Priscilla Ludosky, si elle le souhaite, à poursuivre le dialogue : "pour échanger plus régulièrement sur les sujets qui vous touchent, laissez-moi votre adresse e-mail", écrit-il. "À nous de trouver des solutions pour faire, ensemble et dans le dialogue, de cette colère une chance", conclut-il.