Coronavirus : le maire de Cannes David Lisnard défie Olivier Véran sur la vaccination

  • A
  • A
Le maire de Cannes David Lisnard a pris l'initiative d'ouvrir la vaccination à tous ses administrés de plus de 50 ans. 1:30
Le maire de Cannes David Lisnard a pris l'initiative d'ouvrir la vaccination à tous ses administrés de plus de 50 ans. © VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :
David Lisnard, maire LR de Cannes, a décidé d'ouvrir la vaccination à tous ses administrés de plus de 50 ans. Une initiative qui n'est pas du goût du ministre de la Santé, Olivier Véran. Mais l'édile estime être dans son bon droit et avoir respecté les règles. Il se défend au micro d'Europe 1. 

Il persiste et signe. Le maire LR de Cannes, David Lisnard, a provoqué la colère du ministre de la Santé en ouvrant la vaccination contre le Covid-19 à tous ses administrés de 50 ans et plus, qu'ils aient des problèmes de santé ou non. Une décision en contradiction avec la directive de l'avenue de Ségur, qui n'a pas manqué de faire réagir. Olivier Véran a ainsi rappelé l'édile à l'ordre, jeudi, lors d'un déplacement à Clermont-Ferrand.

"Très surpris" par cette attaque, David Lisnard juge au micro d'Europe 1 qu'il est dans son bon droit et qu'il ne fait que respecter la consigne d'Emmanuel Macron : "Vacciner matin, midi et soir."

"On ne peut plus perdre de temps"

"Sur la base des [4.000] doses attribuées par l'État, nous pouvons passer à la vaccination des personnes de plus de 50 ans", martèle David Lisnard. "Il serait quand même incongru que le ministre de la Santé déjuge le président de la République, qui nous a dit d'aller vite et de vacciner matin, midi et soir. C'est d'ailleurs ce que nous faisons à Cannes." Voulant évacuer la polémique, l'édile affirme que l'"on a besoin d'être concentré" sur la vaccination et qu'il serait plus judicieux de l'encourager que de le blâmer pour sa décision. "On ne peut plus perdre de temps, la France en a trop perdu", lâche-t-il encore. 

Un ministère de la Santé "extrêmement défaillant"

Et de poursuivre sur le même ton : "il faut quand même que ceux qui nous apportent des injonctions parfois contradictoires toute la journée, voire nous font des leçons de morale, fassent preuve de sens pratique." Une attaque envers le ministère de la Santé, que David Lisnard estime être "extrêmement défaillant" dans le dossier de la vaccination. 

Pour l'édile, l'État a intérêt à s'appuyer sur la "multitude de mairies qui travaillent particulièrement bien", mais également sur "les ministères de la Défense et de l'Intérieur pour la logistique" de la campagne vaccinale. Il rappelle aussi que si tous les plus de 75 ans cannois qui le souhaitaient ont reçu au moins une dose de vaccin, "c'est parce que les vaccinodromes de Cannes sont opérationnels depuis le 4 janvier, quand le gouvernement prétendait qu'ils n'étaient pas utiles, et que nous mobilisions en nombre le personnel municipal en lieu et place de l'État".

Europe 1
Par Frédéric Michel, Ugo Pascolo avec AFP