Karl Olive salue l'initiative d'Emmanuel Macron : "Il faut s'appuyer sur les maires qui sont en prise directe avec la réalité"

  • A
  • A
Partagez sur :
Karl Olive s'est félicité mardi matin sur Europe 1 de l'intention d'Emmanuel Macron d'aller rencontrer les "maires de France, région par région". Le maire de Poissy a tenu à rappeler que les élus locaux sont "des courroies de transmission" vers le peuple "et pas des chaînes de déraillement".
INTERVIEW

Aller à la rencontre des "maires de France, région par région". C'est l'une des promesses formulées par Emmanuel Macron lundi soir lors de son allocution télévisée, comme vous le révélait Europe 1 lundi matin. "Il faut s'appuyer sur les maires qui sont en prise directe avec la réalité du terrain. Nous sommes des courroies de transmission et pas des chaînes de déraillement. Il n'y a pas un seul maire de France aujourd'hui, de gauche comme de droite, qui ne souhaite pas que la France gagne", assure Karl Olive, maire LR de Poissy dans les Yvelines, au micro d'Europe 1.

 

 

 

"Certaines de nos propositions ont été reprises." Ce dernier fait partie de la quinzaine d'élus locaux qui ont rencontré le chef de l'État à l'Élysée, vendredi dernier. "On l'a mis à la machine à baffe pendant trois heures", avait notamment lâché Arnaud Péricard, maire de Saint-Germain-en-Laye. "Nous sommes venus avec des propositions. Certaines d'entre elles ont été reprises, je pense notamment aux primes exceptionnelles, au coup de pouce sur le Smic, aux heures supplémentaires défiscalisées et l'abandon de la CSG sur les petites retraites", se réjouit Karl Olive.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Karl Olive appelle les "gilets jaunes" à se structurer. "Je pense que les 'gilets jaunes' doivent savoir d'où ils viennent. Il y a trois semaines ils réclamaient, à juste titre, l'arrêt des taxes sur le carburant. Aujourd'hui, il y a de multiples propositions qui ont été faites", a poursuivi l'édile de Poissy. Il estime que les "gilets jaunes" doivent désormais faire évoluer leur mouvement vers quelque chose de plus structuré "et qu'ils puissent se présenter aux séquences électorales, aux européennes, aux municipales". "Ça, c'est une vraie expression démocratique", lâche-t-il en conclusion.

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau