Emmanuel Macron entame un tour de la France post-Covid avec 2022 en ligne de mire

  • A
  • A
Macron 1:12
Emmanuel Macron lors d'une visite en Corse, en septembre dernier. © Ian LANGSDON / POOL / AFP
Partagez sur :
Emmanuel Macron entame mercredi une tournée à travers le pays, avec au programme une dizaine de destinations. Officiellement, il s'agit de retisser un lien de proximité avec les Français, après une année de restrictions. Officieusement, ce voyage est aussi une manière de prendre le pouls des électeurs avant 2022.

Emmanuel Macron veut établir le diagnostic de la France post-Covid. Le président de la République est arrivé mercredi à Saint-Cirq-Lapopie dans le Lot, un village médiéval qui sert de point de départ à un véritable tour de France d'une dizaine de déplacements, et que l'opposition dénonce déjà comme une tournée électorale déguisée. L'entourage d’Emmanuel Macron parle plutôt de la nécessité de reprendre le pouls des Français, d’évoquer la relance, de tourner la page du Covid-19 après un an d’un pays sous cloche.

Le chef de l'Etat l’avait dit la semaine dernière dans le magazine Zadig : "J’aime particulièrement le Lot, on y trouve une forme de ruralité heureuse." C’est donc un tour de France carte-postale qui s’annonce pour Emmanuel Macron, avec comme fil rouge cette volonté de recoudre le lien avec les Français, de casser l’image d’un président lointain.

Rétablir une proximité avec les Français

Un risque subsiste toutefois, celui de la petite phrase qui crée la polémique, à laquelle Emmanuel Macron s'est souvent laissé aller au cours de ces déplacements, et qui pourrait éclipser toute la séquence.

Autre difficulté : contrebalancer le côté artificiel de déplacements très encadrés du point de vue de la sécurité, avec des accès filtrés et donc une réalité des souffrances du pays qui n'est pas toujours palpable. On se souvient que le chef de l'État avait entamé une itinérance mémorielle d'une semaine en novembre 2018, sans réellement saisir à ce moment-là la colère qui montait dans le pays, alors que démarrait la grogne des "gilets jaunes".

Europe 1
Par Jean-Rémi Baudot, édité par Romain David