Emmanuel Macron : "beaucoup de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir" quelque chose "sans effort"

  • A
  • A
Emmanuel Macron réunissait vendredi à l'Elysée des maîtres-boulangers pour partager une galette des rois.
Emmanuel Macron réunissait vendredi à l'Elysée des maîtres-boulangers pour partager une galette des rois. © IAN LANGSDON / POOL / AFP
Partagez sur :
Devant des maîtres-boulangers réunis à l'Elysée vendredi, le président a estimé que "notre jeunesse a besoin qu'on lui enseigne le sens de cet engagement qui fait qu'on n'a rien dans la vie" sans "effort". 

Emmanuel Macron a loué vendredi "le sens de l'effort" en estimant que "les troubles que notre société traverse sont parfois dus au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir" quelque chose "sans que cet effort soit apporté". "Notre jeunesse a besoin qu'on lui enseigne un métier et le sens de cet engagement qui fait qu'on n'a rien dans la vie si on n'a pas cet effort", a-t-il dit devant les maîtres-boulangers réunis à l'Élysée pour la traditionnelle galette des rois. 

"A côté des droits, il y a des devoirs". "Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus, liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir sans que cet effort soit apporté. Parfois on a trop souvent oublié qu'à côté des droits de chacun dans la République - et notre République n'a rien à envier à beaucoup d'autres - il y a des devoirs. Et s'il n'y a pas ce sens de l'effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l'édifice par son engagement au travail, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion, ce qui fait son Histoire, son présent et son avenir."

Éloge de l'apprentissage et des boulangeries. Le chef de l'État a aussi fait l'éloge de l'apprentissage, qui "permet à chaque jeune de trouver sa place dans la société". Il enseigne "l'engagement des matins tôt et le soir tard, pour arriver à l'excellence", à une époque "où on pense qu'on peut tout apprendre en quelques jours". Il a aussi félicité les lauréats des concours de la meilleure baguette de tradition française - Laurent Encatassamy, boulanger à Saint-Paulin à La Réunion - et de la meilleure baguette de Paris, attribuée à Mahmoud M'Seddi, boulanger du 14ème arrondissement, parmi les 33.000 boulangeries artisanales en France. "C'est un maillage unique dans les territoires" de ces professionnels qui "font du lien social", a-t-il ajouté. 

"Le travail n'est pas seulement un élément économique". "Notre pays, dans ces moments difficiles, dit que ce lien, il ne veut pas le voir s'abattre. Quand je vois des gens qui s'attaquent aux commerces, ils ont compris l'inverse de ce pourquoi ils se battent parfois", a-t-il critiqué, en références aux dégradations contre des commerces commises lors des manifestations des "gilets jaunes". Les boulangeries permettent "quelques minutes d'un échange quotidien qui change tout de l'équilibre d'un village, d'une ville d'un territoire", a-t-il dit, rappelant que 12 millions de clients vont chaque jour dans des boulangeries pour acheter du pain et que 32 millions de baguettes sont vendues chaque jour.

"Le travail n'est pas seulement un élément économique, c'est le sens qu'on donne à sa vie. Parce que ce sont des heures passées pour guetter un sourire, la satisfaction d'un client", a-t-il poursuivi, avant de partager avec les professionnels de la boulangerie deux galettes géantes "républicaines" - et donc sans fève ni roi, comme le veut la tradition depuis plus de 40 ans à l'Élysée.