Élections européennes : dans le sillage des Gilets Jaunes, Mélenchon exhorte les électeurs au combat

, modifié à
  • A
  • A
Jean-Luc Mélenchon venu soutenir la tête de liste LFI aux européennes Manon Aubry, mardi à Toulouse.
Jean-Luc Mélenchon venu soutenir la tête de liste LFI aux européennes Manon Aubry, mardi à Toulouse. © Eric CABANIS / AFP
Partagez sur :
En meeting à Toulouse mardi, le leader de la France insoumise a fustigé le président Macron ou "le système médiatique", accusant "le capitalisme sauvage qui saccage la planète".

Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, en meeting mardi soir à Toulouse, a appelé les électeurs "au combat" en participant à la création d'une force de gauche au Parlement européen avec le groupe "maintenant le peuple".

"Je viens vous appeler à nous aider à créer la force européenne dont nous avons besoin 'Maintenant le peuple'", a exhorté Jean-Luc Mélenchon venu soutenir la tête de liste LFI aux européennes Manon Aubry devant près de 1.500 militants réunis dans la Halles aux Grains, une salle prestigieuse qui accueille habituellement l'Orchestre National du Capitole.

"Maintenant le peuple" proposera un candidat "à la présidence du Parlement européen"

Dans la Ville rose, qui depuis le 17 novembre s'affiche comme l'une des places fortes du mouvement des "gilets jaunes", le chef de la France Insoumise a affirmé que "Maintenant le peuple", le groupe qu'il a créé en 2018 avec les dirigeants espagnols de Podemos et les portugais du Bloc de gauche, proposera un candidat "à la présidence du Parlement européen" et un autre pour diriger le "groupe de gauche" de cette assemblée.

Offensif et iconoclaste, fustigeant le président Macron ou "le système médiatique", accusant "le capitalisme sauvage qui saccage la planète", Jean-Luc Mélenchon a dénoncé "la violence incroyable" déployée contre le mouvement des "gilets jaunes", évoquant les blessés "qui ont perdu un œil, une main" ou les "1.800 personnes jugées à la chaîne".

"Une très bonne chose" que les "gilets jaunes" n'aient "pas d'appartenance politique particulière"

Ce mouvement "a marqué l'irruption sur la scène du peuple au sens le plus large", a affirmé le chef de parti, estimant que c'était "une très bonnes chose (qu'il) n'ait pas d'appartenance politique particulière parce qu'une révolution citoyenne n'a pas d'appartenance particulière".

Jean-Luc Mélenchon a également interpellé la tête de liste EELV Yannick Jadot, lui demandant de clarifier ses choix d'alliances. "Vous le ferez avec nous, oui ou non ?", a-t-il lancé. "Je dis ce soir à ceux qui sont fâchés mais pas fachos, ne vous faites pas berner une fois de plus", a enfin demandé Jean-Luc Mélenchon en conclusion de plus d'une heure de discours évoquant "la blessure" infligée par Andréa Kotarac, "ce gars qui est parti de la France insoumise pour aller chez les fachos".