Défilé du 26 mai : Olivier Faure dira s'il participe "quand on saura sur quoi on manifeste"

  • A
  • A
"Il ne faut pas donner le sentiment de sa récupération", a estimé Olivier Faure.
"Il ne faut pas donner le sentiment de sa récupération", a estimé Olivier Faure. © REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :
Le premier secrétaire du parti socialiste a annoncé qu'il se prononcerait sur participation au défilé organisé par plusieurs organisations syndicales et politiques le 26 mai prochain. 

Le premier secrétaire du parti socialiste Olivier Faure a affirmé dimanche qu'il se prononcerait sur sa participation au défilé du 26 mai "quand on saura sur quoi on manifeste". Interrogé dans Questions politiques sur France Inter/franceinfo/Le Monde, le dirigeant socialiste a affirmé qu'il "serait dans la rue le 22 mai pour défendre les fonctionnaires". Ce jour-là, les neuf syndicats représentatifs de la fonction publique ont appelé à une journée de grève et de manifestations.

Quant à sa participation à la manifestation du 26 mai, à l'appel notamment de la France Insoumise, "je ne peux pas dire que j'y serai. Il s'agit de comprendre ce que l'on porte ensemble. Quand on saura exactement sur quoi on manifeste, je me prononcerai", a-t-il dit. Les Français "ne comprendraient pas que nous défilions ensemble avec des projets différents", a-t-il ajouté.

Une "marée populaire" prévue le samedi 26 mai par LFI. Plusieurs organisations syndicales, politiques et associatives, dont La France insoumise et Solidaires, envisagent d'organiser une "marée populaire" le samedi 26 mai pour "l'égalité, la justice sociale et la solidarité". Au lendemain de la "Fête à Macron", organisée samedi à Paris par le député insoumis François Ruffin, Olivier Faure s'est par ailleurs affirmé "plus Ruffin que Mélenchon", en défendant l'idée d'une contestation sociale qui ne serait pas "récupérée" par un mouvement politique.

Ne pas donner "le sentiment de récupération". "Il ne faut pas chercher à imposer la présence politique dans des mouvements de colère sociale", a estimé Olivier Faure. "Si nous voulons que le mouvement social se renforce, il ne faut pas donner le sentiment de sa récupération", et il ne faut pas qu'il soit "restreint à ceux qui veulent soutenir les forces de gauche", a-t-il répété.