Déconfinement : Macron ne veut pas de "discrimination" des personnes âgées

, modifié à
  • A
  • A
Selon l'Élysée, Emmanuel Macron ne veut pas de "discrimination" des personnes âgées lors du déconfinement
Selon l'Élysée, Emmanuel Macron ne veut pas de "discrimination" des personnes âgées lors du déconfinement
Partagez sur :
Selon l'Élysée, Emmanuel Macron ne veut pas de "discrimination" des personnes âgées lors du déconfinement. L'hypothèse avait notamment été émise par le professeur Jean-François Delfraissy lors d'une audition devant le Sénat.

La déclaration du professeur Jean-François Delfraissy avait mis le feu aux poudres. Mercredi, lors d'une audition devant le Sénat, celui qui est aussi président du Conseil scientifique avait déclaré que "pour les personnes d'un certain âge, de 65 ou 70 ans, on continuera le confinement" au delà de la date de fin prévue, le 11 mai. Depuis, un houleux débat a éclaté sur la question du confinement des seniors, débat auquel l'Elysée a voulu mettre un terme, vendredi soir. 

"La responsabilité individuelle"

"Dans le prolongement des déclarations du professeur Jean-François Delfraissy lors d’une audition devant le Sénat, le President de la République a vu monter le débat sur la situation de nos ainés après le 11 mai", a déclaré le Palais. "Il ne souhaite pas de discrimination entre nos concitoyens après le 11 mai, dans le cadre de la sortie progressive du confinement, mais en appellera à la responsabilité individuelle."

La perspective avait beaucoup inquiété dans les Ehpad

Selon le dernier bilan vendredi, au moins 7.203 morts liées à la pandémie en France ont été dénombrées dans les seuls établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Les propos de Jean-François Delfraissy avaient interrogé sur le caractère ou non obligatoire de ce confinement prolongé, sur sa durée ainsi que sur l'âge qui définit une "personne âgée". Ils ont aussi beaucoup inquiété dans les maisons de retraite et les Ehpad. Le président de l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) Pascal Champvert a ainsi estimé vendredi qu’un confinement prolongé des personnes âgées après le 11 mai, en Espada comme à domicile, ne serait "pas tenable".

 

 

"Des gens vont mourir d'autres choses que du coronavirus : du confinement, de l'isolement et de la solitude", a déclaré Pascal Champvert. Le Comité d'éthique (CCNE) avait déjà estimé début avril qu'un confinement renforcé des aînés devait être temporaire et leur laisser la possibilité, même limitée, de circuler.  Au niveau européen, l'UE elle aussi souhaite que les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques soient protégées "plus longtemps". La présidente de la Commission Ursula von del Leyen avait même jugé qu'il fallait "limiter autant que possible les contacts des seniors" jusqu'à l'élaboration d'un vaccin, qu'elle espère "vers la fin de l'année".