Coronavirus : l'état d'urgence sanitaire rétabli à partir du 17 octobre

, modifié à
  • A
  • A
L'état d'urgence sanitaire sera rétabli samedi (photo d'illustration).
L'état d'urgence sanitaire sera rétabli samedi (photo d'illustration). © Philippe LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Vendredi soir à minuit, le pays va basculer officiellement en état d'urgence sanitaire. Le texte a été adopté ce matin en Conseil des ministres.

Quelques minutes avant l'interview attendue d'Emmanuel Macron, le gouvernement a annoncé que l'état d'urgence sanitaire serait rétabli à compter du 17 octobre, soit vendredi soir à minuit. Le texte a été adopté mercredi matin en Conseil des ministres.

 

Des mesures "strictement proportionnées"

"Eu égard à sa propagation sur le territoire national, telle qu'elle ressort des données scientifiques disponibles, l'épidémie de Covid-19 constitue une catastrophe sanitaire mettant en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population", est-il écrit dans le décret présenté par le Premier ministre. Cela "justifie que l'état d'urgence sanitaire soit déclaré afin que les mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriés aux circonstances de temps et de lieu puissent être prises". 

Cette décision a été prise par le gouvernement avant l'annonce mercredi soir à la télévision par Emmanuel Macron de nouvelles mesures de restriction pour faire face à l'aggravation de la crise du coronavirus. L'état d'urgence sanitaire avait été déclaré le 23 mars sur l'ensemble du territoire pour deux mois avant d'être prolongé le 11 mai, jour du déconfinement. Il avait pris fin le 10 juillet, sauf en Guyane et à Mayotte, où il a été maintenu jusqu'au 17 septembre.

"Aux seules fins de lutter contre la propagation du virus"

Cette disposition juridique exceptionnelle autorise le préfet, "lorsque l'évolution de la situation sanitaire le justifie et aux seules fins de lutter contre la propagation du virus", d'instaurer un confinement local et donc "interdire les déplacements de personnes hors de leur lieu de résidence". Au-delà d'un mois, sa prorogation doit être autorisée par la loi.

 

 

Le décret pris en Conseil des ministres a été critiqué par Fabien Roussel (PCF), pour lequel "le président a décidé tout seul". "Cela ne peut pas se faire en catimini. A quoi servons-nous?", a-t-il tweeté. Pour le député LFI François Ruffin, "en plein débat sur le budget, on apprend que Macron a fait passer un décret instaurant l'état d'urgence sanitaire. Comme d'habitude ici, on ne débattra pas des mesures sanitaires, des masques, des couvre-feux. Ca ne me semble pas le signe d'une grande démocratie".