Comment les députés LREM sont formés pour "vendre" la réforme des retraites

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les députés La République en marche tentent de maîtriser au mieux les enjeux de la réforme des retraites, dossier ultra-sensible du quinquennat.
ENQUÊTE

Les retraites reviennent au menu de l'exécutif : Édouard Philippe, Agnès Buzyn et Jean-Paul Delevoye entament jeudi un nouveau round de concertation à Matignon avec les partenaires sociaux. Dans ce dossier, les députés de La République en marche se préparent à jouer leur partition sur cette réforme ultra-sensible.

À coups de brainstorming, de formations intensives et de mises à l'épreuve sur le terrain, les députés se préparent depuis un an, avec notamment la constitution d'une "task force" pour venir en aide aux députés de base, pas toujours à l'aise quand ils sont interpellés sur le sujet dans leur circonscription ou dans les médias, comme ce fut le cas pour la députée LREM Corinne Vignon sur LCP, fin juillet.

Dans cette équipe de 40 parlementaires, il y a des surtout des députés, mais aussi quelques sénateurs. Ils ont été sélectionnés il y a tout juste un an à l'intérieur du groupe La République en marche pour devenir les "ambassadeurs" de la réforme.

Trois jours de formation et une session de travail mensuelle

Au départ, ces parlementaires n'étaient pas tous des spécialistes de cette question et ont donc été mis en tension : ils ont assisté à trois jours de formation dès septembre 2018 pour se plonger dans la matière, avec des interventions d'experts et d'universitaires, mais aussi de Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme, entré depuis au gouvernement. Chaque mois, sous la houlette du rapporteur pressenti du projet de loi à l'Assemblée nationale Laurent Pietrazewski, une session de travail a lieu à Paris pour actualiser, mettre à niveau et procéder à un retour d'expérience dans ce dossier.

" Parfois on sèche, mais dans ce cas, on prend la question et on répond plus tard par écrit "

Rodrigue Kokouendo, 45 ans, député LREM de Seine-et-Marne, est l'un de ces ambassadeurs. Très vite, il a été envoyé sur le terrain pour venir en aide à ses collègues, des députés de base parfois démunis dès qu'une question pointue leur est posée. "On est la ressource pour notre collègue. On fait de la pédagogie, on répond aux questions… Parfois on sèche, mais dans ce cas, on prend la question et on répond plus tard par écrit", explique-t-il.

Depuis un an, pas moins de 70 ateliers ont été organisés dans des circonscriptions de toute la France. Il s'agit là d'une forme d'apéritif avant le plat de résistance. L'homme qui pilote les ambassadeurs, Laurent Pietrazewski, ancien DRH d'Auchan, sait que le défi est maintenant de vendre cette réforme à la fois ultra-technique et très lourde de conséquences pour tous les Français.

"Utiliser des mots simples" pour convaincre en circonscription

"Je ne sais pas si c'est la retraite pour les nuls, mais, en tout cas, c'est la retraite compréhensible par tous", observe-t-il pour parler de ces ambassadeurs. "Le rôle des députés, c'est de ne pas maintenir le sujet d'une réforme aussi importante dans les mains de quelques experts. C'est d'utiliser les mots les plus simples, ceux qui nous appartiennent".

" Alors c'est sûr, ça va secouer. Mais on en a vu d'autres "

Voilà pour le rôle d'ambassadeur. Mais les députés de base, eux aussi, apprennent "en marchant". "Régulièrement, je suis interpellée", confie Nicole Dubré-Chirat, députée LREM du Maine-et-Loire qui a fait venir une ambassadrice dans sa circonscription en avril. "Des femmes d'agriculteurs, par exemple, ou des bénéficiaires de régimes spéciaux sont inquiets de la diminution probable de leurs droits. Les gens disent : 'On connait le système actuel avec ses défauts, mais on ne sait pas vers quoi on va'." "Alors c'est sûr, ça va secouer, anticipe Nicole Dubré-Chirat. Mais on en a vu d'autres, comme la réforme des cheminots, par exemple. Elle est passée ! Celle-là, ce sera la même chose. On l'a bien préparée."

Europe 1
Par Olivier Samain, édité par Thibaud Le Meneec