Cantines fermées : le gouvernement aidera les familles modestes, promet Castex

, modifié à
  • A
  • A
Jean Castex s'est exprimé devant l'Assemblée nationale, jeudi matin (photo d'illustration).
Jean Castex s'est exprimé devant l'Assemblée nationale, jeudi matin (photo d'illustration). © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :
Les familles "dont les enfants n'iront plus à la cantine ou ne pourront plus bénéficier de petits-déjeuners gratuits" bénéficieront d'aides du gouvernement, qui a décidé de fermer les écoles trois à quatre semaines, a promis jeudi le Premier ministre Jean Castex devant l'Assemblée nationale. 

Le gouvernement, qui a décidé de fermer les écoles pour freiner la pandémie de Covid-19, aidera les "familles modestes dont les enfants n'iront plus à la cantine ou ne pourront plus bénéficier de petits-déjeuners gratuits", a promis jeudi le Premier ministre Jean Castex.

Des modalités précisées dans les prochains jours

"Les modalités de cet accompagnement seront précisées dans les prochains jours", a déclaré le chef du gouvernement en déclinant les différentes mesures de freinage devant l'Assemblée nationale.

Alors que crèches et établissements scolaires vont fermer pendant trois à quatre semaines, dont une à deux semaines de cours à distance et deux semaines de vacances unifiées sur tout le territoire, Jean Castex a aussi précisé que les motifs impérieux permettant des déplacements hors de son département incluront "ceux liés à un motif familial, comme par exemple accompagner ou aller chercher un enfant chez un parent, un grand-parent ou un proche."

Un débat et un vote devant les deux chambres du parlement

Débutée à 9 heures dans une ambiance houleuse, la déclaration du Premier ministre "sur l'évolution de la situation sanitaire et les mesures nécessaires pour y répondre" est suivie d'un débat et d'un vote devant les deux chambres du parlement. Les oppositions de droite (LR) comme de gauche (LFI, PS, PCF) ont annoncé qu'elles ne prendraient pas part au vote, dénonçant un "piétinement du parlement" appelé à se prononcer sur des mesures déjà actées par l'exécutif.