Affaire Mila : "Nous devrions tous la soutenir", affirme François-Xavier Bellamy, député les Républicains

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Une jeune adolescente est menacée de mort sur les réseaux sociaux pour avoir insulté les religions, notamment l'islam. Une enquête a été ouverte envers les agresseurs virtuels, mais aussi à l'encontre de la jeune fille pour "provocation à la haine religieuse". ""Nous devrions tous la soutenir", réagit François-Xavier Bellamy, eurodéputé LR, sur Europe 1.
INTERVIEW

Une vidéo qui déclenche une tempête. L’affaire Mila a provoqué la fureur des internautes. Il y a quelques jours, la jeune lycéenne de 16 ans tourne une vidéo en direct sur les réseaux sociaux dans laquelle elle répond à ses abonnés. À une question, elle répond en critiquant toutes les religions et plus particulièrement l’islam, avec des propos insultants. La vidéo a fait le tour d'internet, déclenchant des menaces de mort et des insultes homophobes. Un cyber-harcèlement très violent envers la jeune femme. "Je soutiens Mila et nous devrions tous la soutenir", réagit sur Europe 1 François-Xavier Bellamy, député européen Les Républicains. 

"Elle est directement menacée de mort par des milliers de personnes"

"Bien sûr ces mots étaient violents, et dans notre société nous pouvons trouver d'autres moyens d'exprimer sa liberté", concède le député. "Mais dire du mal d'une religion ne change rien au fait que jamais personne ne devrait être menacé pour avoir tenu quelque discours que ce soit, fut-il offensant." Mila ne peut plus retourner dans son établissement scolaire depuis la diffusion de la vidéo. "Ils ont révélé son identité, son adresse. Elle est directement menacée de mort par des milliers de personnes", déplore François-Xavier Bellamy. "Tout cela dans une forme d'indifférence, car ceux qui la menace restent libres, alors qu'elle ne l'est plus". 

 

Invité par Sud Radio, Abdallah Zekri, délégué général du Conseil français du culte musulman, avait accusé la jeune femme d'avoir "créé la situation". Il avait notamment déclaré "Qui sème le vent récolte la tempête" ou encore "maintenant elle assume les conséquences." Une réaction "glaçante", pour François Xavier-Bellamy.

Une double enquête "glaçante"

Dans cette affaire, le parquet a ouvert une enquête pour les menaces de morts, mais également à l'encontre de la jeune femme pour "provocation à la haine religieuse". "C'est stupéfiant", réagit le député LR. "Lorsqu'une personne est menacée, pourquoi l'Etat devrait la poursuivre, et surtout pour racisme. Cela n'a aucun sens : il n'y a pas de racisme dans le fait de critiquer une religion." 

"Le concept d'islamophobie est en train de produire ses effets délétères", ajoute François-Xavier Bellamy. "On doit pouvoir critiquer une religion. On doit respecter ceux qui la pratiquent, mais la liberté de l’expression doit être garantie. Il y a quelques années, nous étions tous Charlie. Que reste-t-il de cet esprit aujourd'hui ?

Europe 1
Par Mathilde Durand