Affaire Benalla : "Il a été protégé", selon la journaliste qui a révélé l'affaire

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Ariane Chemin, grand reporter au journal Le Monde, est revenu sur Europe 1 sur la gestion par l'Elysée de ce collaborateur qui a frappé un manifestant le 1er mai.

INTERVIEW

L'affaire Benalla éclabousse l'Elysée. Ce collaborateur d'Emmanuel Macron a provoqué un scandale après la publication par le journal Le Monded'une vidéo le montrant frappant un manifestant, le 1er mai dernier. "Il a été protégé. Ne me demandez pas pourquoi, la suite de l'enquête le montrera, mais il a clairement été protégé", a estimé Ariane Chemin, la journaliste qui a révélé l'affaire, interrogée jeudi soir sur Europe 1.

"Un fossé béant entre ce qui a été fait et la sanction". Sur la vidéo, Alexandre Benalla frappe violemment un jeune homme à terre, à Paris. L'Elysée, rapidement informé des faits, l'a alors mis à pied pendant 15 jours, avec suspension de salaire. "La sanction est très légère. Les mots employés (par le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron) sont "un comportement qui ne convient pas" alors qu'il s'agit de violences et d'usurpation d'identité. On a l'impression qu'il y a un fossé béant entre ce qui a été fait et la sanction", a jugé Ariane Chemin.

"Il s'agit de protéger le président de la République". "Quand personne ne décide de saisir le procureur de la République de Paris, quand ni la hiérarchie policière, ni les politiques ne décident de s'en emparer c'est qu'il y a un problème. On peut imaginer que la police a peur du pouvoir politique et que le pouvoir politique se protège. Ici il ne s'agit pas que de protéger Alexandre Benalla, mais aussi le président de la République et son image", a poursuivi la journaliste.  

"On retrouve toujours ce genre de personnages de l'ombre, tout au long de l'histoire de la Ve République. L'histoire se répète avec des conseillers de l'ombre qui viennent éclabousser le président de la République. Il y a un vent de panique qui saisit l'Elysée."