Qu'est-ce que Salto, la riposte française à Netflix ?

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
La plateforme SVOD de France Télévisions, TF1 et M6, qui se veut une réponse aux géants du streaming type Netflix, sera lancée au premier trimestre 2020.
ON DÉCRYPTE

C'est désormais officiel. Salto, le projet de plateforme vidéo sur abonnement porté par France Télévisions, TF1 et M6, pour contrer les géants du streaming type Netflix, a reçu un feu vert "sous conditions" de l'Autorité de la concurrence. Le lancement de l'offre commerciale est prévue au premier trimestre 2020. Alors qu'aux États-Unis, les géants Apple, Warner et Disney s'apprêtent à lancer également leurs propres offres de vidéo par abonnement (avant un probable déploiement en Europe), que réserve ce Netflix à la française à ses futurs abonnés ?

Quels contenus ?

Plateforme en ligne et sur abonnement, Salto proposera les flux des chaînes en direct, les programmes en rattrapage ainsi que des services de vidéos à la demande. Un moyen pour ces groupes de répondre d'une seule voix à l'essor de la SVOD (services de vidéos à la demande par abonnement) en France, avec 5,5 millions d'utilisateurs quotidiens, notamment parmi les plus jeunes, selon les chiffres de Médiamétrie.

Mais Salto sera limité. L'Autorité de la concurrence a en effet fortement encadré les possibilité de la plateforme. "TF1, France Télévisions et M6 se sont engagées à ce que Salto ne puisse pas contracter d'exclusivité de distribution de chaînes de la TNT en clair et de leurs services et fonctionnalités associés", précise notamment l'institution dans son communiqué. 

À quel prix ?

France Télévisions, TF1 et M6 n'ont pas encore communiqué sur le prix de l'abonnement auquel il faudra souscrire pour avoir accès à Salto. Pour autant, en juin 2018, Le Monde indiquait qu'il existerait deux types d'offre mensuel. Une basique, entre 2 et 5 euros, et une plus complète, entre 7 et 8 euros. Pour rappel, en France, le prix de l'abonnement Netflix varie entre 7,99 euros et 15,99 euros.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau avec AFP