Un documentaire pour lèver le voile sur le "cabinet vert" autour de Greta Thunberg

  • A
  • A
yvan martinet 3:31
Yvan Martinet était invité dans "Culture médias", jeudi. © Capture d'écran Europe 1
Partagez sur :
Greta Thunberg, manipulée ou non ? La question divise et alimente les fantasmes. Pour y voir plus clair, Yvan Martinet, journaliste pour le magazine de France 2 Envoyé spécial, a enquêté sur le phénomène Greta Thunberg. Selon lui, elle bénéficie d'un entourage fidèle et inventif qui a fait d'elle l'adolescente la plus puissante du monde.
INTERVIEW

Pour ses trente ans, l'émission de France 2, Envoyé Spécial, diffuse jeudi soir une série de portraits consacrés à trois jeunes engagés : Bilal Hassani, Kylian Mbappé et Greta Thunberg. Invité dans Culture médias, jeudi, Yvan Martinet, journaliste d'Envoyé Spécial qui a réalisé le documentaire sur la militante écologiste Greta Thunberg, a dévoilé en avant première les coulisses de son engagement. 

Au fil de cette enquête, Yvan Martinet a ainsi découvert l'existence d'un cabinet noir, ou plutôt d'un "cabinet vert" autour de Greta Thunberg, qui ne serait pas l'adolescente indépendante qu'elle prétend être. "On ne peut pas dire que Greta Thunberg est manipulée. En revanche, on peut dire qu'elle a un talent. Certes, elle est excellente oratrice mais elle sait surtout s'entourer", affirme Yvan Martinet.

Qui se cache derrière le phénomène Greta Thunberg ? En faisant leurs recherches, les équipes d'Envoyé Spécial ont mis le doigt sur l'un des alliés de taille de la jeune femme : l'European Climate Foundation, une fondation privée financée par des philanthropes. Certains de ses membres "se sont dit que Greta Thunberg avait réussi à atteindre un degré de notoriété et qu'elle avait une voix qui portait", explique Yvan Martinet. "Puisqu'ils partagent les mêmes objectifs, c'est-à-dire stopper le réchauffement climatique, ils se sont dit qu'ils allaient mettre un attaché de presse à sa disposition." Aujourd'hui, il est toujours en place : il s'agit de Daniel Donner. 

Autre personnalité clé : Bo Thorén, un activiste écologiste. C'est lui qui aurait, par exemple, eu l'idée de la grève scolaire, que Greta Thunberg a ensuite appliquée. "Il était, à l'origine, ingénieur informatique. C'est en regardant un documentaire de Yann Arthus-Bertrand qu'il a réalisé tout le mal que l'on faisait à notre planète. Il a alors décidé de se focaliser sur le combat contre le réchauffement climatique", précise Yvan Martinet. 

> LIRE AUSSI - ENQUÊTE - Qui veut la peau de Greta Thunberg ?

En se retirant dans la campagne suédoise, Bo Thorén s'est mis à réfléchir à une action écologique concrète. "Il a vu que des tueries avaient lieu aux États-Unis et qu'à chaque fois, elles donnent lieu à d'énormes manifestations et à des grèves scolaires. C'est là qu'il a l'idée", détaille Yvan Martinet. "Il rencontre ensuite Greta Thunberg, qui accepte. Elle lui dit que cela n'a jamais été fait, que c'est une bonne idée, qu'elle peut le faire et qu'elle va le faire." 

Cadeaux écolos et hospitalité

Greta Thunberg est aussi soutenue par de nombreuses figures intellectuelles et du milieu politique. Interviewé par les équipes d'Envoyé spécial, le père de la jeune femme en parle en toute transparence. "D'abord, le voilier nous a été offert. Pareil pour la voiture électrique. C'est Arnold Schwarzenegger qui nous l'a mise à disposition", peut-on entendre dans un extrait du documentaire, diffusé dans Culture médias. Le père de Greta Thunberg poursuit en évoquant les nombreuses invitations dont bénéficie la jeune fille et sa famille. 

"On dort chez des gens la plupart du temps", admet-t-il. "À New-York, nous étions chez des écrivains charmants. À Washington, chez un avocat. On a été accueilli le plus souvent mais parfois, on doit aller à l’hôtel et là, c'est moi qui paye. Tout le monde n'a pas les moyens mais nous, nous pouvons. Et puis, maintenant que Greta a changé nos vies de bien des manières, on n'achète plus rien, donc on fait beaucoup d'économies", explique-t-il dans le documentaire.

Europe 1
Par Tiffany Fillon