Comment "L'Équipe" compte couvrir les Jeux olympiques de Tokyo malgré le Covid

  • A
  • A
L'Équipe journal 3:25
Le journal devrait mobiliser une équipe de 35 envoyés spéciaux au Japon. © Martin BUREAU / AFP
Partagez sur :
Le journal "L'Équipe" n'a pas renoncé à envoyer plusieurs dizaines de journalistes aux Jeux olympiques de Tokyo, cet été. Au micro d'Europe 1, le direction adjoint de la rédaction, Jean-Philippe Leclaire, détaille la stratégie du journal, qui est différente de celle d'autres médias internationaux, comme la BBC.

Les Jeux olympiques de Tokyo, déjà reportés d'un an, auront-ils lieu l'été prochain, malgré le Covid-19 ? Tout le monde se pose la question, d'autant plus que la flamme olympique doit partir le 25 mars prochain de la préfecture de Fukushima. Le sujet, qui préoccupe évidemment les organisateurs et les sportifs, concerne également les médias du monde entier. Parmi ces médias, il y a le journal français L'Équipe. Invité de Frédéric Taddéï sur Europe 1, dimanche, Jean-Philippe Leclaire, directeur adjoint de la rédaction, a détaillé le dispositif spécial et contraint du seul quotidien sportif français pour ces JO.

Une "étrangeté" mieux décrite sur place ?

"A priori, on sera 35 à Tokyo et pour l'instant, on part toujours", explique le journaliste de L'Équipe, tout en prudence au regard de l'imprévisibilité de l'épidémie. "Mais les consignes sont drastiques. Pour nous, les Jeux olympiques, ça devrait être l'aéroport-les sites olympiques-l'aéroport. Il n'y aura pas de possibilité d'aller dans le centre de Tokyo, ni de prendre les transports en commun. Ce ne sera pas la grande fête universelle que c'est habituellement, avec des touristes et des sportifs partout. On nous dit toujours que les Jeux olympiques auront lieu, mais ce serait plutôt des Jeux sous cloche ou dans une bulle."

" On peut craindre que ces Jeux de Tokyo accentuent encore cette notion de Jeux faits pour la télé "

Une bulle que le média français, secoué par une longue grève en janvier, a préféré intégrer, à la différence de certains médias étrangers. Ainsi de la BBC, média britannique au rayonnement international. "Ils vont rester en majeure partie à Manchester pour commenter les Jeux de Tokyo. Nous, ce n'est pas le choix qu'on a fait. Ce sera des Jeux étranges, mais ce sera quand même des Jeux à décrire. Même l'étrangeté se décrit mieux sur place que nos bureaux", défend Jean-Philippe Leclaire.

Des Jeux "cartes postales"

Une chose est sûre : si les Jeux ont lieu, à l'image des compétitions sportives de très nombreux pays organisés à huis clos depuis plusieurs mois, ils seront avant tout pensés pour la télévision. "C'est déjà une tendance sur les derniers Jeux olympiques", assure le direction adjoint de la rédaction de L'Équipe. "De plus en plus, les Jeux sont des Jeux cartes postales, avec des paysages magnifiques. On peut craindre que ces Jeux de Tokyo, s'ils ont lieu, accentuent encore cette notion de Jeux faits pour la télé, plus que pour les gens qui font l'effort de se déplacer."