Washington redemande à la Chine de couper ses livraisons de pétrole à Pyongyang

, modifié à
  • A
  • A
Rex Tillerson a réitéré jeudi l'appel à la Chine afin qu'elle coupe ses livraisons de pétrole à la Corée du Nord.
Rex Tillerson a réitéré jeudi l'appel à la Chine afin qu'elle coupe ses livraisons de pétrole à la Corée du Nord. © AFP
Partagez sur :
Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson estime qu'il s'agit de la meilleure arme pour encourager des négociations sur le programme nucléaire nord-coréen.

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a réitéré jeudi l'appel à la Chine afin qu'elle coupe ses livraisons de pétrole à la Corée du Nord, estimant qu'il s'agit de la meilleure arme pour encourager des négociations sur le programme nucléaire nord-coréen.

"Je pense que les Chinois font déjà beaucoup, mais nous pensons aussi qu'ils peuvent faire plus avec le pétrole. Nous leur demandons vraiment de couper davantage les livraisons de pétrole", a-t-il affirmé en recevant son homologue allemand Sigmar Gabriel à Washington. "C'était l'arme la plus efficace la dernière fois que les Nord-Coréens sont venus à la table des négociations", a ajouté le ministre américain des Affaires étrangères qui avait assuré après le tir de missile nord-coréen mercredi que les "options diplomatiques" restaient "sur la table, pour l'instant".

Le ton moins conciliant du président américain. Sa déclaration jeudi intervient quelques heures après un tweet de Donald Trump, sur un ton nettement moins conciliant envers la médiation de Pékin, principal partenaire économique de Pyongyang. "L'émissaire chinois, qui vient de rentrer de Corée du Nord, semble n'avoir eu aucun impact sur le petit homme-fusée", a déploré le président républicain, en utilisant le quolibet dont il affuble le leader nord-coréen Kim Jong-Un.

La Russie et la Chine ont condamné le tir de missile nord-coréen. Donald Trump souffle le chaud et le froid depuis plusieurs mois sur ses attentes concernant une intervention diplomatique de la Chine sur l'épineux dossier nord-coréen. "Difficile de croire que son peuple et son armée supportent de vivre dans des conditions aussi horribles", a aussi ajouté le président Trump, soulignant que la Russie et la Chine avaient condamné le tir de missile balistique intercontinental.