Pollution : une "zone à ultra basse émission" entre en vigueur à Londres

  • A
  • A
londres pollution
Il s'agit ainsi de "diminuer les émissions toxiques et de rendre l'air de Londres plus sain pour des millions de personnes", a expliqué le maire travailliste de Londres. © DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Partagez sur :
Lundi, les véhicules les plus polluants devront s'acquitter d'une nouvelle taxe s'ils veulent circuler dans le centre de la capitale britannique. 

Les conducteurs de véhicules vieux et polluants doivent désormais s'acquitter d'une nouvelle taxe s'ils veulent rouler dans le centre de Londres, avec l'entrée en vigueur lundi d'une zone à ultra basse émission (Ulez).

14,50 euros pour les voitures, 116 euros pour les camions. Les conducteurs de voitures à essence construites avant 2006 et de véhicules diesel construits avant 2015 devront débourser 12,50 livres (14,50 euros) par jour pour entrer dans cette zone. Pour les camions et cars, il leur faudra payer 100 livres (116 euros) par jour. Les taxis sont eux exemptés. A partir d'octobre 2021, la zone "Ulez" sera étendue à l'ensemble de la ville.

"Rendre l'air de Londres plus sain". Il s'agit ainsi de "diminuer les émissions toxiques et de rendre l'air de Londres plus sain pour des millions de personnes", a expliqué sur Twitter Sadiq Khan, le maire travailliste de la capitale britannique, l'une des villes les plus polluées d'Europe. Selon la mairie de Londres, "des milliers de Londoniens meurent chaque année prématurément en raison d'une exposition de longue durée à la pollution de l'air" et les habitants de la capitale "vivent dans une région où sont dépassées les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé concernant les particules toxiques les plus dangereuses".

En plus de la "congestion charge". Cette nouvelle taxe remplace la "toxic charge" ou "T-Charge" créée en octobre 2017 et s'ajoute à la "congestion charge" (péage urbain) de 11,50 livres (13,40 euros) que payent depuis 2003 les automobiles circulant dans le cœur de Londres de 7h à 18h du lundi au vendredi, une mesure prise par l'ancien maire travailliste Ken Livingstone pour lutter contre les embouteillages. S'ils ne s'acquittent pas de cette nouvelle taxe, les automobilistes risquent une amende de 160 livres (186 euros) et les conducteurs de camions une amende pouvant aller jusqu'à 1.000 livres (1.161 euros).