"On ne peut pas s'en débarrasser" : à Portland, la fumée des incendies envahit les rues

, modifié à
  • A
  • A
Portland Oregon incendie Etats-Unis 1:34
Le Fremont Bridge à Portland, enveloppé par la fumée des incendies qui ravagent la côte Ouest des Etats-Unis. © AFP
Partagez sur :
Les incendies meurtriers continuent de ravager la côte Ouest des Etats-Unis. 27 personnes sont décédées en une semaine, et une dizaine sont encore portées disparues. À Portland, en Oregon, une brume et une forte odeur de brûlé ont envahi les rues. Europe 1 s'est rendue sur place.
REPORTAGE

La côte Ouest des Etats-Unis continue de brûler. Les incendies meurtriers ont déjà fait 27 morts cette semaines, 35 depuis le début de l'été, dans les Etats de Washington, de l'Oregon et en Californie. Le président américain Donald Trump est attendu sur place ce lundi, à la rencontre des responsables des services d'urgence. A Portland, en Oregon, la ville est plongée dans la fumée. Une brume enveloppe les rues tandis que l'odeur de brûlé, omniprésente, se sent même jusque dans les avions avant leur atterrissage.

La qualité de l'air est actuellement la pire de la planète. A certains moments, la fumée est telle que le mobilier urbain, les immeubles ou même les arbres disparaissent ou prennent une allure fantomatique. Une épreuve de plus pour les rescapés. "On ne peut pas s'en débarrasser [de l'odeur de fumée, ndlr]", confie Ian, installé dans une tente avec ses deux enfants, sur le parking de supermarché. "Cela rentre même dans les caravanes, les bâtiments." 

Les rues de Portland sont envahies par la fumée.

© Xavier Yvon, Europe 1

Des dizaines de disparus 

Juste à côté, Nancy est également inquiète mais pour d'autres raisons. Son fils de 38 ans n'a pas donné de nouvelles depuis l'évacuation. "S'il ne le trouve pas à un endroit, il doit bien être quelque part. Je ne peux être sûre de rien, j'ai juste mon espoir", confie-t-elle. "Je suis sûre qu'il n'a rien, je peux sentir dans mon cœur, une mère sent ces choses là".

Des dizaines de personnes manquent encore à l'appel. Selon les autorités locales, le bilan des victimes risque encore d'augmenter. 

Europe 1
Par Xavier Yvon, édité par Mathilde Durand