Obama évoque la "menace" nord-coréenne et appelle à la coopération

  • A
  • A
Barack Obama, ici au Japon, effectue actuellement une tournée en Asie.
Barack Obama, ici au Japon, effectue actuellement une tournée en Asie. © Shizuo Kambayashi / POOL / AFP
Partagez sur :
"La Corée du Nord est une vraie menace", a martelé l'ancien chef d'Etat dans un discours à Tokyo. 

La Corée du Nord représente une "menace réelle" pour laquelle le seul remède est la coopération internationale, a jugé dimanche Barack Obama lors d'une visite au Japon. L'ancien président américain a également déclaré que Washington devait assurer la présence de systèmes de défense antimissiles, pour protéger la région d'éventuelles attaques balistiques nord-coréennes.

Une "menace significative" pour "le monde entier". "La Corée du Nord est une vraie menace", a martelé l'ancien chef d'Etat dans un discours à Tokyo. Pyongyang a mis au point un programme d'armements et d'acheminement de ces armements "qui représente une menace significative pas seulement pour la région mais aussi pour le monde entier". "Pour l'instant, nous n'avons pas vu autant de progrès qu'on aurait pu le souhaiter. Mais la chose importante à reconnaître, c'est qu'individuellement aucun pays ne pourra résoudre ce problème aussi efficacement que si nous travaillons tous ensemble", a souligné l'ancien occupant de la Maison Blanche.

La politique d'Obama pas particulièrement efficace. La Corée du Nord est "un pays qui est si éloigné de la norme internationale et si déconnecté du reste du monde" qu'il est particulièrement compliqué de faire pression sur elle, a poursuivi Barack Obama. 

Sous sa présidence, Washington observait une politique dit de "patience stratégique" envers Pyongyang dans l'espoir que les sanctions lui feraient entendre raison et le contraindrait à renoncer à ses ambitions nucléaires. Mais durant cette période, les progrès réalisés par la Corée du Nord en matière de bombes nucléaires et de missiles balistiques ont largement démontré l'inefficacité de la politique des sanctions. L'ancien président effectue une tournée en Asie qui l'a déjà conduit à Singapour, en Nouvelle-Zélande et en Australie.