Mutation du Covid : dans un Royaume-Uni sous cloche, le Noël contrarié des expatriés

  • A
  • A
Heathrow Londres Grande-Bretagne Royaume-Uni avions British Airways 6:30
La France a suspendu dimanche soir, pour au moins 48 heures, les vols en provenance du Royaume-Uni. © Adrian DENNIS / AFP
Partagez sur :
De nombreux Français installés au Royaume-Uni comptaient rentrer en France en ce début de semaine pour passer les fêtes de fin d'année en famille. Mais la suspension temporaire des vols, décidée dimanche soir après la découverte d'une nouvelle souche du Covid-19, pourrait bien les contraindre à rester dans l'archipel. 

Peu à peu, le Royaume-Uni est en train d'être mis sous cloche par le reste de l'Europe. Sur le continent, de nombreux pays, dont la France, ont décidé de suspendre leurs liaisons avec leur voisin d'outre-Manche. En cause : cette nouvelle variante de Covid-19, apparue en Angleterre et qui pourrait s'avérer plus contagieuse que la souche qui circule actuellement. Pour la France, cette suspension doit a priori durer 48 heures, mais elle vient bouleverser les plans de nombreux expatriés qui comptaient rentrer dans l'Hexagone pour les fêtes de fin d'année.

Privé de retour en France

Simon devait décoller ce lundi matin à 9 heures de Londres-Heathrow, direction Paris, avant de rejoindre la Bretagne pour un Noël en famille. Mais dimanche après-midi, en voyant les pays européens fermer peu à peu leurs frontières avec le Royaume-Uni, il a commencé à avoir des doutes. En fin de journée, l'annonce de la suspension des voyages vers la France pour 48 heures ne l'a pas vraiment surpris. "Après avoir digéré la nouvelle, je me suis rendu compte qu'on ne pouvait pas échapper à cette situation", explique-t-il à Europe 1.

"Si j'avais pu retourner en France, je serais resté bloqué chez mes parents, et je ne pense pas qu'à Noël on aurait été voir tous les membres de la famille", poursuit-il. Le jeune homme n'a donc pas l'intention de se battre à tout prix pour rentrer, même si la mesure devait être levée après 48 heures. 

"C'est la panique, alors qu'on ne sait même pas si cette mutation du virus est plus dangereuse"

Si c'est le cas, Julien, qui espère pouvoir passer un Noël en famille dans le Jura, pourra prendre son vol vers le continent, prévu le 26 décembre. "S'il faut faire un test, je ferai un test. j'espère que cette suspension des vols va vraiment être temporaire. Le problème, c'est que depuis le début on nous donne des délais que l'on ne cesse de repousser", constate-t-il. Avant de pousser un gros soupir : "C'est la panique, alors qu'on ne sait même pas si cette mutation du virus est plus dangereuse ou non."

La suspension brutale des liaisons avec le Royaume-Uni a également des conséquences très concrètes, en Allemagne notamment, où des dizaines de passagers se sont retrouvés bloqués à leur descente d'avion à l'aéroport d'Hanovre. Arrivés d'Angleterre, ces voyageurs doivent passer un test de dépistage et attendre le résultat à l'aéroport, où des lits de camp ont été installés pour qu'ils puissent passer la nuit.

Europe 1
Par Jean-Jacques Héry, édité par Romain David