L'ambassadeur britannique aux États-Unis démissionne après la controverse avec Trump

, modifié à
  • A
  • A
Kim Darroch a décidé de quitter son poste d'ambassadeur britannique aux États-Unis.
Kim Darroch a décidé de quitter son poste d'ambassadeur britannique aux États-Unis. © Paul Morigi / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Après la fuite dans la presse de mémos diplomatiques peu amènes à l'égard de Donald Trump, ce dernier avait traité l'ambassadeur britannique de personne "stupide" et d'"imbécile prétentieux".

L'ambassadeur britannique aux Etats-Unis Kim Darroch a annoncé sa démission mercredi après la controverse avec le président américain à la suite de publication dans la presse de fuites de mémos diplomatiques peu flatteurs à l'égard de Donald Trump.

"Voie responsable"

"Depuis la fuite de documents officiels provenant de cette ambassade, il y a eu beaucoup de spéculations sur mon poste et la durée de mon mandat d'ambassadeur. Je veux mettre fin à cette spéculation. La situation actuelle m'empêche de remplir mon rôle comme je le souhaiterais", a-t-il expliqué dans une lettre adressée à Simon McDonald, chef des services diplomatiques britanniques. "Dans ces circonstances, la voie responsable à suivre est de permettre la nomination d'un nouvel ambassadeur".

La Première ministre conservatrice sortante Theresa May, qui a reçu les foudres de Donald Trump après avoir apporté son soutien à Kim Darroch, a déploré la décision du diplomate. "C'est très regrettable qu'il ait jugé nécessaire de quitter son poste d'ambassadeur à Washington", a-t-elle déclaré mercredi lors de la séance hebdomadaire de questions au Parlement.

Le soutien de May, pas celui de Johnson

"Un bon gouvernement dépend de la capacité des fonctionnaires à donner des conseils francs et complets. Je veux que tous nos fonctionnaires aient la confiance nécessaire pour le faire", a-t-elle poursuivi. "Je regrette moi aussi la démission de Kim Darroch", a abondé Jeremy Corbyn, chef de l'opposition travailliste, appelant le Parlement à s'unir derrière lui. "Je pense qu'il a rendu un service honorable et de qualité, qu'il convient de remercier".

Mais l'ex-chef de la diplomatie britannique Boris Johnson, donné gagnant de la course pour remplacer Theresa May, a lui évité de lui apporter son soutien lors d'un débat télévisé mardi soir face à son concurrent le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt.