"La confiance revient" : à Milan, la vie reprend lentement après la crise du coronavirus

, modifié à
  • A
  • A
Cathédrale Milan Coronavirus 1:56
Le coronavirus a durement frappé le nord de l'Italie. © Miguel MEDINA / AFP
Partagez sur :
L'Italie, premier pays européen touché par la crise du coronavirus, goûte de nouveau à la liberté avec le déconfinement et la réouverture des frontières. Mais à Milan, où l'épidémie a été très violente, rien ne ressemble encore à la vie d'avant, comme l'a constaté sur place le reporter d'Europe 1.
REPORTAGE

Sur la Piazza del Duomo de Milan, un calme inhabituel règne. Ici, dans cette ville qui s'est confinée bien plus tôt que ses voisines hexagonales, au nord d'un pays touché avant la France par le coronavirus, une partie des restrictions adoptées ont été levées. Mais faute de touristes et à cause des règles sanitaires strictes, le parfum de la vie d'avant n'est pas encore revenu.

Le parvis de la cathédrale milanaise est bien vide ; glaciers et vendeurs de souvenirs sont assis. "Ces derniers jours, les Milanais ont commencé à sortir, c'est pour prendre un peu d'air. Peu à peu, la confiance revient, même si certains ont peur", tempère Francesca, qui tient un kiosque sans clients. "Il fallait qu'on sorte de cet enfermement mais c'est difficile de voir cette place comme ça. Normalement il a cette affluence à 8 heures du matin, pas en fin d'après-midi. Je ne l'ai jamais vue comme ça à cette heure-ci."

Prise de température, feuille d'émargement…

Ce qui marque, à Milan, ce sont les mesures sanitaires très respectées, au contraire de Vintimille où s'était rendue Europe 1, mardi. On sent que la ville a été marquée par cette épidémie, qui a fait 33.000 morts dans le pays, avec un nord beaucoup plus touché que le sud.

Si le déconfinement se poursuit, comme en France, il faut aussi accepter certaines contraintes en entrant dans les établissements, comme la prise de température ou la feuille d'émargement, afin de remonter éventuellement jusqu'à vous en cas de contamination. La reprise se fait lentement dans cette ville poumon économique du pays. Tout l'enjeu est de savoir si la Lombardie va vite retrouver son activité, industrielle et touristique, essentielle pour le reste de l'Italie.