Présidentielle américaine : "Biden respecte la démocratie, Trump la viole en permanence"

  • A
  • A
Partagez sur :
Joe Biden semble se détacher dans le scrutin présidentiel qui l'oppose à Donald Trump. Pour le journaliste et écrivain Philippe Labro, invité d’Europe 1 samedi, l'attitude des deux candidats face au processus démocratique est bien différente, le président sortant multipliant les remises en cause du scrutin.

Alors que la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine semble se dessiner, la situation demeure tendue entre le leader Démocrate et le président sortant, Donald Trump. Invité samedi au micro d’Europe 1 pour partager son analyse du scrutin, l’écrivain et journaliste Philippe Labro a dressé des portraits bien différents des deux candidats à la Maison Blanche. S’il vante les mérites de Joe Biden, Philippe Labro qualifie tout de même de "préoccupante" la période de transition qui pourrait bientôt débuter. "Biden respecte la démocratie, Trump la viole en permanence", lâche-t-il.

Habile, prudent, intelligent : pour Philippe Labro, Joe Biden se distingue par son style durant cette élection. "Il joue le jeu de l’élection jusqu’au bout. On ne devance pas un vote." Il serait, en somme, tout l’inverse de son adversaire. Alors que les chances de victoire de Donald Trump s’amenuisent, le locataire de la Maison Blanche multiplie les attaques violentes et remet publiquement en cause le processus démocratique. "Le fait que l’on dise déjà qu’il ne viendra pas à la passation de pouvoir, c’est sans précédent."

Les 77 prochains jours "appartiennent à Donald Trump"

La période de transition qui pourrait suivre les résultats est des plus incertaines. Philippe Labro évoque la perspective d'une "contestation permanente" du vote et la multiplication des recours juridiques. Même battu dans les urnes, Trump pourrait continuer à mobiliser ses partisans et créer le désordre : "Nous sommes à 77 jours de l’inauguration du 21 janvier 2021… et ces 77 jours appartiennent encore à Donald Trump, il est encore à la Maison Blanche."

Même si la victoire de Biden venait se confirmer, le journaliste craint que l'ancien vice-président d'Obama soit bridé dans sa capacité à gouverner. Fort de son expérience sur la scène politique nationale et internationale, réputé fin négociateur, Joe Biden va toutefois devoir "pratiquer l'art du compromis" avec les Républicains.

Europe 1
Par Antoine Cuny-Le Callet