Affaire Maddie McCann : vive émotion en Angleterre après les révélations de la police allemande

, modifié à
  • A
  • A
La police allemande dit avoir des preuves que Maddie McCann, la jeune Britannique disparue en 2007 au Portugal à l'âge de trois ans et demi, est morte. 1:29
La police allemande dit avoir des preuves que Maddie McCann, la jeune Britannique disparue en 2007 au Portugal à l'âge de trois ans et demi, est morte. © STRINGER / POOL / AFP
Partagez sur :
Est-ce la fin de l’affaire Maddie McCann ? La police allemande dit avoir des preuves que la jeune Britannique disparue en 2007 est morte. Et qui prouveraient l’implication d'un pédophile multirécidiviste. Europe 1 a constaté jeudi la vive émotion que cette nouvelle provoque dans le village où Maddie a grandi.

L'un des faits divers les plus mystérieux de ces dernières années est-il proche du dénouement ? Maddie McCann, trois ans et demi, a mystérieusement disparu en 2007 au Portugal. En Allemagne, où l'enquête a récemment rebondi, des policiers affirment disposer de preuves de la mort de la petite Britannique. Les enquêteurs tiennent un suspect, Christian B., un Allemand de 43 ans, pédophile multirécidiviste déjà incarcéré pour une autre affaire. L’annonce a ému outre-manche et encore plus particulièrement à Rothley, dans le centre du pays, le village où a grandi Maddie. Europe 1 s'est rendue sur place.

"On avait l’espoir de la retrouver en vie"

Dans ce village très tranquille de moins de 4.000 âmes, tout le monde connaît Maddie et sa famille. Les habitants l’ont vu grandir. Et ses parents vivent toujours dans la région. "Ça nous rend vraiment tristes. On avait l’espoir de la retrouver en vie", réagit Liz Robson, commerçante qui confie que cette annonce fait énormément de peine à toute la communauté. "Ce serait bien d’en finir avec cette affaire. On espère maintenant connaître la vérité", appuie-t-elle. 

Mais après treize ans d’enquête, de fausses pistes, les habitants de Rothley restent prudents. Il leur en faut plus pour penser que c’est la fin de l’affaire. "Si le gars qu’ils ont en détention dit qu’il l’a fait, alors moi je lui dis 'montre moi, où est-elle ? Où est son corps ?' Je voudrais des preuves avant de complètement l’accepter", estime un habitant.

"Si j’étais ses parents, je voudrais pouvoir enterrer ma fille, voir son corps pour en être certain", ajoute-t-il. Les habitants attendent donc que les autorités britanniques se prononcent sur les annonces allemandes et les confirment. C’est seulement après qu’ils accepteront les preuves de la mort de la petite fille.

Europe 1
Par Joanna Chabas, édité par Céline Brégand