Coronavirus : à Milan, les hôpitaux devront faire "des choix" entre les malades

, modifié à
  • A
  • A
Des soignants photographiés devant une tente sanitaire à Piacenza, à côté de l'hôpital, le 26 février 2020. 1:20
Des soignants photographiés devant une tente sanitaire à Piacenza, à côté de l'hôpital, le 26 février 2020. © AFP
Partagez sur :
Alors que l'Italie dans son ensemble a été placée en quarantaine, le branle-bas de combat continue dans les hôpitaux. À Milan, les habitants craignent un possible tri entre les malades. Déjà, le personnel soignant parle de choix "éthiques" plus que "cliniques".
REPORTAGE

Depuis lundi soir, l'Italie dans son ensemble est placée en quarantaine pour contenir l'épidémie de coronavirus. Alors que 97 nouveaux décès ont été détectés lundi dans le pays, les hôpitaux sont débordés et les médecins s'inquiètent. Ils vont devoir faire un tri entre les malades, faute de moyens. À Milan, les habitants en sont bien conscients. 

Dans les cliniques, les malades affluent en permanence. Antonio Colombo, infirmier en neurochirurgie depuis treize ans, confie que face au manque de matériel, les équipes soignantes vont devoir choisir les malades qu’elles pourront soigner : "Malheureusement, on fera des choix basés sur l’espérance de vie. Si les respirateurs en soins intensifs sont saturés [...], alors on fera un choix plus étique que clinique. Entre une femme de 50 ans sans maladie et une femme, même plus jeune, qui a eu un cancer, on choisira la femme en bonne santé."

1.000 personnes en soins intensifs 

"Les autorités ont toujours trié ceux qui pouvaient être placés en soins intensifs et ceux qui ne pouvaient pas, sauf que maintenant elles le disent", dénonce une Milanaise croisée dans la rue. Son avis partagé par un autre passant lui aussi rencontré dans les rues de Milan. "Si le nombre de malades ne fait que d'augmenter encore et encore, les services de santé seront obligés de faire des choix. Tout dépend de la manière dont la maladie va évoluer", estime-t-il, au micro d'Europe 1. 

Dans certains hôpitaux, déjà, seuls les malades atteints par le coronavirus sont acceptés aux urgences. Les autres sont renvoyés chez eux. La situation pourrait encore empirer, puisque selon le coordinateur de la cellule de crise en Lombardie, 1.000 personnes ont été placées en soins intensifs dans la région. Il a également affirmé que ce chiffre pourrait tripler d'ici la fin du mois.

Lundi, le gouvernement a annoncé la fermeture de toutes les stations de ski du pays dans le cadre de sa lutte contre l'épidémie de coronavirus, qui touche particulièrement le nord. Dans la nuit, tout le pays était en état de confinement.

Europe 1
Par Matthieu Bock, édité par Tiffany Fillon