Enseignant décapité : que s’est-il passé lors du cours sur les caricatures ?

  • A
  • A
Le professeur avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves et pris la précaution de faire sortir ceux qui avaient peur d'être choqués. 1:19
Le professeur avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves et pris la précaution de faire sortir ceux qui avaient peur d'être choqués. © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Partagez sur :
Vendredi, dans l'après-midi, un enseignant de 47 ans du collège Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, a été attaqué au couteau et décapité par un terroriste de 18 ans. Il avait subi des menaces après avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves en cours.
DÉCRYPTAGE

C'est visiblement ce qui a tout déclenché : des caricatures de Mahomet montrées en classe, lors d'un cours d'éducation civique, pour parler de la liberté d'expression. Vendredi, un professeur qui avait donné cette leçon au collège Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine a été décapité par un terroriste de 18 ans. Pour comprendre, les enquêteurs se penchent évidemment sur le cours en question.

Les élèves musulmans invités à quitter le cours s'ils le souhaitaient

Il portait sur la liberté d'expression, suivant le programme des élèves de 4eme. Par précaution, ce professeur d'histoire du collège Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, avait demandé aux élèves musulmans de lever la main, et proposé à ceux qui le souhaitaient de sortir de la classe, pour ne pas les heurter. Le professeur avait alors montré à ceux qui restaient une caricature de Mahomet.

A ce moment-là, l'histoire fait vite le tour du collège où les enfants de Marie-Florence sont en 6e : "Mes enfants m'ont dit qu'ils avaient appris que leur prof d'histoire aurait mis cette photo. Ils ont demandé aux enfants musulmans de lever la main et de sortir de la classe, car il allait montrer une photo qui aurait pu les choquer. S'en prendre à un prof... je pense qu'il y avait d'autres façons de dire à ce monsieur que ce qu'il a fait n'est pas bien."

Une vidéo d'un parent d'élève à l'origine du passage à l'acte ?

Un père d'élève dont la fille n'a pas assisté au cours a quand même déposé plainte, et surtout publié une vidéo sur Internet appelant à dénoncer l'enseignant. Il a même publié le nom du professeur en ligne. Ce dernier a donc à son tour porté plainte pour diffamation.

De son côté, la direction du collège a rapidement reçu le père mécontent, qui ne s'est en revanche pas présenté au commissariat alors qu'il y était convoqué mercredi. Selon nos informations, le terroriste a repris cette vidéo du père d'élève sur les réseaux sociaux. Les enquêteurs se demandent aujourd'hui si cette vidéo est à l'origine de son passage à l'acte.

Europe 1
Par Gwladys Lafitte, édité par Pauline Rouquette