A la découverte de Lyon : la colline de Fourvière et la praline rose

, modifié à
  • A
  • A
7:44
© Europe 1
En balade ce week-end est une chronique de l'émission Europe Matin - Week-end - 6h-9h
Partagez sur :

Tous les samedis et dimanches, Vanessa Zhâ et Olivier Poels nous font découvrir quelques pépites du patrimoine français. Aujourd'hui, direction la région Auvergne-Rhone-Alpes, pour une excursion dans la ville de Lyon.  

En cette période de fêtes, vous nous emmenez en balade à Lyon.

Parce que la ville s’illumine particulièrement à Noël. Vous savez que le coup d’envoi est donné chaque année le 8 décembre pour la fête des Lumières. On célèbre la Vierge Marie, qui a sauvé Lyon de la peste et du choléra au 17e siècle. Ce qui fait que les Lyonnais lui ont érigé une statue tout en bronze dorée, l’Immaculée Conception, installée sur le clocher de la Basilique de Fourvière, sur la colline du même nom. "La colline qui prie", comme l’ont baptisé les Lyonnais. Et c’est le meilleur spot pour admirer Lyon et même apercevoir le Mont-Blanc s'il fait beau.

Pour sillonner la colline, vous passez d’une ficelle à l’autre. Les ficelles, ce sont les funiculaires. Ce qui vous permet de faire des sauts de puces entre les jardins et les monuments, dont le plus ancien théâtre antique gallo-romain de France. Vous pouvez faire cette balade en visite guidée en ce moment, par groupe de cinq maximum. Prix de l'excursion : 6 euros. Il faut réserver évidemment sur le site officiel de Lyon

On va dans le vieux Lyon j’imagine maintenant ?  

Et bien oui, on redescend. De toute manière, vous n’arrêtez pas de monter et de descendre. C’est la ville du grand huit. Dans le Vieux Lyon, il y a pas mal d’incontournables : l’horloge astronomique de la cathédrale Saint-Jean, la visite guidée des Traboules, qui peut se faire même en courant, et les quais de Saône (rien que pour admirer les façades médiévales et de la Renaissance). Et puis après, vous remontez sur une autre colline bien connue...

La colline de la Croix-Rousse ?

C'est très typique, avec ses café-théâtres, ses placettes, ses ateliers d’artistes, des escaliers dérobés aussi. Là, vous êtes chez les Canuts, ces artisans qui travaillaient le tissage de la soie. Vous allez même passer devant leur mur peint, une autre spécificité lyonnaise. Pendant ces vacances de Noël, vous pouvez suivre une visite guidée de tous les murs peints et trompe l’œil de la Croix-Rousse, une balade a la fois poétique et artistique. Cette balade se termine sur la fresque des lyonnais : 800 m² avec 24 personnages historiques et 6 contemporains, tous célèbres. 

J’imagine qu’après on redescend, forcement, dans le centre ville cette fois-ci. 

Sur la presqu’île, que j’appelle le Quartier des places. Il y en a partout : la place Bellecour évidemment, la troisième plus grande place française avec quand même des illuminations de Noël, la place des Jacobins, la place des Célestins, la place des Terreaux. Là aussi il y a une visite guidée, mais assez ludique à faire en recherchant des indices de l’histoire et des lieux. Cette visite là fonctionne super bien avec les 8/15 ans. Et au bout de cette presqu’île, vous avez le nouveau quartier des Confluences, sorti ex nihilo avec son fameux musée. 

Pour finir, vous avez une balade sur mesure pour Olivier Poels.

Et pour ceux qui veulent faire venir Lyon chez eux : un escape game gourmand à télécharger. Praline et rosette. Le but : trouver le remède miracle qui anéantira le virus masqué qui a mis la ville en confinement. Vous voulez sortir manger une tarte aux pralines, un saucisson brioché et boire un verre de Beaujolais. Pour ça, vous avez 90 minutes pour relever le défi en avançant de lieu en lieu. A vous de jouer. 

Un hébergement à nous conseiller ? 

On va rester sur la presqu’île, à l’hôtel de l’Abbaye, dans le quartier d’Ainay. Et si vous voulez d’autres visites guidées insolites, rendez-vous sur le site onlyLyon tourisme: crimes et faits divers, flic ou voyou, il y en a pour tous les gouts.