La Coupe de France et le foot amateur sont en danger !

  • A
  • A
2:16
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, la matinale d'Europe 1 revient sur l'un des événements sportifs qui fait l'actualité. Ce vendredi, Virginie Phulpin revient sur la probable annulation de la Coupe de France à cause de la crise sanitaire. Selon elle, il est impensable de traiter le football amateur de la sorte.

La coupe de France aura t-elle lieu cette saison ? On est en plein doute à cause de la crise sanitaire et du retard accumulé avec tous les matches reportés. Pour Virginie Phhulpin, c’est normal que l’on se pose la question mais elle ne supporte pas la cacophonie avec laquelle c’est fait.  

On n’a pas le droit de traiter le foot amateur comme ça, ni cette Coupe de France qui a une place si importante dans le cœur des Français. Il ne s’agit pas de la jouer coûte que coûte. Bien sûr que des questions se posent. Plusieurs tours de la Coupe de France ont été décalés, et il peut y avoir un embouteillage de matches complètement ingérable. Tout le monde est capable de comprendre le problème.

Mais ce qui est insupportable, c’est d’entendre tout et son contraire et de ne pas savoir sur quel foot danser. Les entraînements sans contact sont déjà autorisés, logiquement les entraînements "normaux" pourront reprendre le 15 décembre. Jusque-là, on croyait que c’était assez clair. Mais Jean Castex a mis une pagaille sans nom d’abord en laissant entendre qu’il ne fallait pas attendre une reprise normale avant le 20 janvier, et ensuite en disant qu’en gros, la Coupe de France, il fallait tirer un trait dessus.

Monsieur le Premier ministre, vous ne trouvez pas ça un peu hâtif comme sortie ? Il faut quand même penser à tous ces clubs amateurs qui luttent pour leur survie depuis des mois. La coupe de France c’est leur rayon de soleil, leur ultime espoir.

Aujourd’hui, ils ne comprennent plus rien à ce qui se passe et ils ne sont pas les seuls. Virginie Phulpin a aussi du mal à s’y retrouver. Alors la fédé essaie d’éteindre l’incendie déclenché par Matignon. Elle explique depuis mercredi aux clubs amateurs qu’ils peuvent effectivement reprendre les entraînements avec distanciation, c’est autorisé, mais ils n’osent pas tous le faire, parce que plus personne ne s’y retrouve. On préfère attendre un peu de clarté plutôt que de naviguer à vue entre deux commentaires contradictoires.  

Il reste quand même un espoir pour cette coupe de France. 

C’est faux de dire qu’elle est enterrée, cette coupe. La fédération travaille pour faire des propositions, plusieurs scénarios sont envisagés. Au ministère des sports aussi, on veut essayer d’aller au bout. Laisser le temps aux clubs amateurs de jouer, puis éventuellement mettre en place des play offs pour les clubs professionnels après.

Ça n’est qu’un exemple, il y a plusieurs pistes de travail.

Donc il est trop tôt pour dire que c’est fini. Et parfois, il vaut mieux admettre qu’on ne sait pas, que l’on est en train de travailler, sans rien promettre évidemment, plutôt que de faire tomber le couperet sans concertation. Sinon on en revient toujours au même constat. On a l’impression que le sport, et surtout le sport amateur, ne compte pas pour grand-chose. Je ne crois pas que les clubs aient besoin de ce genre de mépris en ce moment. Même s’il est involontaire.