Sauvetage de Kévin Escoffier : un conte de Noël sur le Vendée Globe

  • A
  • A
2:25
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, la matinale d'Europe 1 revient sur l'un des événements sportifs qui fait l'actualité. Ce mardi, Virginie Phulpin revient sur l'incroyable sauvetage de Kévin Escoffier qui a été secouru parle skipper Jean Le Cam dans la nuit. Selon elle, c'est un soulagement qui ressemble un peu à un conte de Noël.

Soulagement sur le Vendée Globe. Kevin Escoffier est sain et sauf. Le skipper de PRB a pu être secouru par Jean Le Cam cette nuit, après de longues heures d’angoisse, alors qu’il s’était réfugié sur un radeau de survie. Pour Virginie Phulpin, ça ressemble à un conte de Noël.   

Il y a des matins comme ça où on a envie de sourire. Des matins comme ça qui ont la douceur d’un film de Noël. Kevin Escoffier est sain et sauf. Jean Le Cam a réussi à le secourir, alors qu’il dérivait depuis de longues heures sur un radeau de survie, au milieu des 40èmes rugissants déchaînés.

En deux jours, on vient de vivre deux miracles, entre le terrible accident dont est ressorti indemne Romain Grosjean en Formule 1 et ce sauvetage in extremis de Kevin Escoffier au beau milieu de nulle part. Alors oui, ce matin, on a envie de sourire et de célébrer la vie.

On est le 1er décembre, et on goûte enfin ce premier chocolat du calendrier de l’avent, cette petite douceur tant attendue. On est sorti des scénarios de films catastrophe qui ont rythmé notre année 2020 pour avoir droit à des happy end au bout de l’angoisse. 

Parce qu’il y en a eu, de l’angoisse. Quand on perd le contact visuel avec un skipper sur un radeau de fortune dans une mer déchaînée avec des creux de cinq mètres et des vents de 20 nœuds, c’est-à-dire 40 kilomètres heure, et qu’en plus la nuit arrive, on tremble et on imagine le pire. Neuf heures d’angoisse ! Alors quand les organisateurs du Vendée Globe ont vu apparaître Kevin Escoffier sur le bateau de Jean Le Cam sur la vidéo de liaison un peu après deux heures du matin, on s’est dit que le monocoque du sauveteur, "Yes We Cam", portait décidément bien son nom, comme ce Cap de Bonne Espérance qui approche.  

L’histoire de Jean Le Cam sur le Vendée Globe prend encore un peu plus d’épaisseur. 

Le vétéran de la course a revêtu les habits de super-héros. Après avoir été lui-même secouru, au large du Cap Horn, sur le Vendée Globe 2009, par Vincent Riou à la barre de PRB. Oui, PRB, le bateau de Kevin Escoffier cette année, justement. Comme une boucle bouclée, une belle histoire comme la voile peut nous en offrir. Pour nous rappeler qu’il y a la course, la concurrence âpre entre ces skippers de l’extrême, mais qu’il y a aussi et surtout cette solidarité infaillible entre marins quand le danger rôde.

On ne sait pas qui gagnera le Vendée Globe, mais ça n’est plus la question. En sport on a toujours tendance à employer à tort et à travers l’expression "aventure humaine". Là, pour une fois, elle n’est pas galvaudée. Et nous, terriens affolés par ces marins qui défient les éléments, on goûte avec un plaisir de profanes admiratifs cette happy end du bout du monde qui a la douceur d’un conte pour enfants. Ça lui irait bien, à Jean Le Cam, la barbe blanche et le costume rouge.