Équipe de France de football : les destins croisés de Benzema et Giroud

  • A
  • A
2:42
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, la matinale d'Europe 1 revient sur l'un des événements sportifs qui fait l'actualité. Ce mercredi, Virginie Phulpin revient sur la victoire de l'équipe de France 3 à 0 contre la Bulgarie pour son dernier match de préparation avant son entrée dans l'Euro la semaine prochaine. Selon elle, il y a véritablement un destin croisé entre Karim Benzema et Olivier Giroud.

Et maintenant place à l'Euro ! Pour son dernier match de préparation avant les choses sérieuses, l'équipe de France a battu la Bulgarie 3 à 0. Un retourné de Griezmann, deux buts de Giroud, et la grimace pour Benzema sorti blessé à la cuisse. Giroud et Benzema, quoi qu'il arrive, ces deux-là ont toujours des destins opposés.

Virginie Phulpin s’était pourtant promis de ne jamais mettre en opposition les deux attaquants. Ceux qu’on a toujours comparés, ceux dont on a arbitrairement fait des ennemis alors qu’ils n’ont jamais fait preuve d’inimitié l’un envers l’autre. Karim Benzema qui se comparait à une Formule 1 quand il voyait Olivier Giroud comme un karting, c’est de l’histoire ancienne, de l’eau bleue a coulé sous les ponts depuis.

Ce mardi soir, on goûtait avec joie au retour du public au stade de France. Les drapeaux flottaient dans les tribunes et les visages des 5000 supporters maquillés en bleu blanc rouge souriaient, et c’était ça, l’image de la France que l’on avait envie de retenir de ce 8 juin 2021. Enfin un peu de légèreté et d’union nationale. Avouez que les encouragements qui descendent des gradins, c’est quand même autre chose que cette bande son enregistrée qui nous arrache les oreilles depuis le début de la crise sanitaire.

Tout était réuni pour une soirée d’osmose parfaite. Pogba virevoltant, Mbappé et Benzema complices, et Antoine Griezmann qui nous a offert un retourné sublime pour ouvrir le score. Mais Karim Benzema s’est mis à grimacer, il est sorti du terrain la cuisse douloureuse, et Virginie Phulpin a l’impression d’être au lendemain de Noël et d’avoir déjà cassé son plus beau jouet sous le sapin, celui qu’elle attendait depuis des années. 

A priori ça n’est pas si grave, le staff des Bleus a surtout voulu protéger Benzema en le faisant sortir.

Ça ne va pas nous empêcher de surveiller de près ses bulletins de santé plus que ses feuilles de stats en attendant mardi et le match contre l’Allemagne. Karim Benzema a quand même un destin contrarié qui lui colle aux crampons en équipe de France.

Exactement l’inverse d’Olivier Giroud. Quand l’attaquant de Chelsea a remplacé celui du Real Madrid juste avant la mi-temps, Virginie Phulpin imagine qu’elle n’est pas la seule à s’être dit "c’est sûr, il va marquer un but". C’était presque écrit d’avance. Il n’en a pas marqué un, mais deux. Giroud cire le banc et ronge son frein en permanence dans son club. Mais dès qu’il arrive en bleu, il se transforme en super héros. Toujours là où il faut, quand il faut.

Dans l’équipe type de Didier Deschamps, Benzema est titulaire et Giroud remplaçant. Ce mardi soir c’est le premier qui a regardé le deuxième inscrire un doublé. Et ça l’a fait sourire. Non, pas un sourire crispé, un vrai sourire heureux. L’équipe de France a besoin de ces deux-là. Alors Karim, on soigne cette cuisse comme Olivier a soigné son moral ce mardi soir, et les destins croisés des deux attaquants ne seront qu’une péripétie de plus sur la route de l’Euro.