Ophtalmologie : des verres progressifs qui permettent de passer de la vision de près à la vision de loin

, modifié à
  • A
  • A
1:40
L'innovation du jour est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

À partir d’un certain âge, on a tous du mal à voir de près. Il nous faut des lunettes de lecture. Et parfois, on se retrouve avec deux paires, parce qu’on ne supporte pas les verres progressifs ou les doubles foyers.
Il existe maintenant des lunettes qui basculent, sur commande, de la vision de près, à la vision de loin.

On fait "Tap, Tap" sur la branche et on bascule sur des lunettes de lecture. "Tap, Tap" une deuxième fois et on retrouve ses lunettes traditionnelles. Donc c’est beaucoup plus confortable que les verres progressifs.
Je ne sais pas si vous en avez déjà essayé Nikos. Mais c’est assez difficile de s’y habituer. Il faut regarder dans une zone spéciale du verre pour voir de près. Dans une autre, pour voir de loin. Donc quand il faut descendre les escaliers ou faire ses lacets, parfois c’est l’enfer. Il y a des déformations, des zones floues, etc. Alors qu’avec ce système, on active la vision de près uniquement quand c’est nécessaire.

Comment ça marche ?

Il y a une batterie dans la branche et des cristaux liquides dans le verre qui vont se réorienter dès qu’on les active pour changer la correction. C’est comme si l’on créait des doubles foyers à la demande.
Ça s’appelle TouchFocus et ça a été mis au point par les Japonais de Mitsui Chemical.

Ça coûte cher ?

Oui, autant qu’une belle monture avec des verres ultra-haut de gamme : pas loin de 1.800 euros. Donc il faudra éviter de s’asseoir dessus.

On rappelle que les verres progressifs ont été inventés par les Français (Essilor). Et aujourd’hui, la France est l’un des pays où on en prescrit le plus au monde.