Une reprise économique "un peu mieux que prévu", selon la Banque de France

, modifié à
  • A
  • A
La reprise économique se passe "un peu mieux que prévu", selon la Banque de France.
La reprise économique se passe "un peu mieux que prévu", selon la Banque de France. © AFP
Partagez sur :
La reprise économique française se passe "un peu mieux" que ne l'avait prévu dernièrement la Banque de France, a déclaré dimanche son gouverneur François Villeroy de Galhau. Il a ainsi levé un coin du voile sur la tendance qui sera donnée mardi, lors d'un point sur une nouvelle estimation de la croissance française au deuxième trimestre. 

Toute bonne nouvelle est bonne à prendre, la reprise économique française après la crise du coronavirus se passe "un peu mieux" que prévu, selon la Banque de France. "Je ne dis pas du tout que nous soyons sortis d'affaire, c'est une crise très grave. En plus, ses effets sur l'emploi sont décalés dans le temps, donc ils sont à venir, mais la reprise se passe au moins aussi bien que nous l'avions prévu, et même un peu mieux", a déclaré le gouverneur François Villeroy de Galhau sur LCI.

"Ça sera -10% voire peut-être un peu mieux"

Un indice sur la tendance qui sera donnée mardi à l'occasion d'un point sur la nouvelle estimation de la croissance française au deuxième trimestre. "Je n'ai pas encore tous les chiffres, nous les donnerons mardi matin", a déclaré François Villeroy de Galhau, avant de compléter : "ça se passe au moins aussi bien que nous l'avions prévu début juin, lors de nos derniers chiffres, et même un peu mieux". Les prévisions annonçaient une croissance de "-12% en juin", mais le gouverneur de la Banque de France a estimé que "ce sera mieux que cela", misant sur un chiffre meilleur que les -15% prévus initialement pour le deuxième trimestre. Sur l'ensemble de l'année, "les dernières tendances confirment notre chiffre, ça sera -10% voire peut-être un peu mieux", a conclu le gouverneur.

Ce qui nous attend, c'est une courbe "en aile d'oiseau", avec d'abord un "plongeon brutal, on remonte comme un demi-V au début, mais ensuite, ça va s'aplanir progressivement parce qu'on va mettre plus de temps pour revenir au niveau initial, celui d'avant mars", a expliqué François Villeroy de Galhau. Selon lui, "il faudra attendre 2022" pour retrouver un rythme comparable à celui d'avant la crise du coronavirus.