Trois ans après son lancement, quels résultats pour "Choose France", ce grand sommet d’investisseurs ?

, modifié à
  • A
  • A
Près de 200 patrons sont attendus à Versailles lundi. 1:50
Près de 200 patrons sont attendus à Versailles lundi. © Thibault Camus / POOL / AFP
Partagez sur :
L'Elysée annonce déjà 4 milliards d'euros d'investissements de la part de grands groupes étrangers à l'occasion de ce sommet dont la troisième édition s'ouvre lundi au château de Versailles. Mais ces firmes qui promettent d'investir dans notre pays tiennent-elles parole ? Europe 1 a mené l’enquête.
ENQUÊTE

Le rendez-vous est devenu traditionnel. Depuis trois ans, à la veille du grand sommet économique de Davos, Emmanuel Macron invite les grands patrons du monde entier à faire une halte à Versailles à l'occasion du sommet "Choose France". Objectif : vendre l'attractivité de nos territoires aux étrangers, et inciter les entreprises à venir s'installer chez nous. Pour l’édition 2020, l'Elysée annonce déjà 4 milliards d'euros d'investissements de la part de ces grands groupes. Mais ce rendez-vous a-t-il tenu ces promesses jusqu'à présent ? Europe 1 a vérifié si les annonces faites par le passé avaient été suivies des faits.

En 2018, plus de 1.300 décisions d'investissements ont été prises, soit 31% de plus que l'année précédente, avec 30.000 emplois à la clé. Lors de cette première édition, Google avait promis de faire passer ses effectifs parisiens de 700 à 1000 salariés, ils sont aujourd'hui 1.200. Le groupe s'était également engagé à ouvrir quatre centres de formation gratuits à l'informatique pour apprendre à rédiger un CV, ou écrire un mail. Ils ont été ouverts a Saint-Etienne, Rennes, Montpellier et Nancy. La même promesse de formation au numérique avait été faite par Facebook. Cet engagement-là a aussi été respecté.

Du coté de Toyota, 300 millions d'euros ont bien été investis comme prévu dans la production de la nouvelle Yaris, près de Valenciennes. Et même plus, puisque 100 millions d’euros supplémentaires viennent d'être annoncés pour la production d'un autre SUV. Enfin, comme promis, le groupe pharmaceutique Novartis s'est installé à la rentrée dans son nouveau siège social de Reuil-Malmaison. Une nouvelle usine de production de médicaments a également été construite à Hunningue, dans le Haut-Rhin.

Des retrouvailles entre puissants, dans un cadre informel

Fort de ces résultats encourageants, "Choose France" est devenu un vrai rendez-vous du monde des affaires. 140 patrons s'étaient arrêtés à Versailles il y a trois ans, cette année ils sont 200. "Choose France" permet également aux patrons du monde entier de se retrouver de manière un peu informelle, dans un cadre plutôt détendu, et avec Emmanuel Macron en super VIP de nos régions. En 2020, "Choose France" met l'accent sur la diversité de nos territoires, avec notamment la mise à disposition de sites clés en main. Douze sites sont déjà disponibles, le but étant d’avoir réglé au préalable les contraintes administratives : mise aux normes environnementales, permis de construire, etc. Un investisseur qui veut s'installer n'a plus qu'à bâtir son usine.

Et parmi les annonces attendues cette année : Ericsson devrait ouvrir un centre de recherche et développement sur la 5G à Massy, avec une centaine d'embauche à la clef. 175 millions d'euros vont également être investis dans une entreprise d'élevage de saumon à Boulogne-sur-Mer. Enfin le labo anglo-suédois AstraZeneca doit annoncer lundi un investissement de 230 millions d'euros à Dunkerque, où Emmanuel s'est rendu lundi à la mi-journée.

Europe 1
Par Carole Ferry, édité par Romain David