Sommet européen : un accord espéré pour le plan de relance français

, modifié à
  • A
  • A
Rutte Merkel von der Leyen Macron Union européenne sommet coronavirus 1:12
Le plan de relance européen devrait être adopté ce jeudi. © AFP
Partagez sur :
Un accord entre les pays de l'Union européenne devrait être finalisé ce jeudi sur le plan de relance commun, à hauteur de 750 milliards d'euros, pour faire face aux conséquences économiques du Covid-19. Une bonne nouvelle pour le plan français - "France Relance" - dont une partie des fonds dépend des crédits européens. 

L'Europe fait front face au Covid-19. Le plan de relance européen, de 750 milliards d'euros, devrait bien voir le jour pour lutter contre les conséquences économiques de la crise sanitaire. Un accord devrait être finalisé ce jeudi au sein de l'Union européenne, trois semaines après le véto des Hongrois et des Polonais, qui refusaient la conditionnalité de versement des fonds au respect de l'Etat de droit. Pour le plan de relance français, c'est une bonne nouvelle : 100 milliards d'euros ont été mis sur la table, abondés, en partie, par les fonds européens.

Pour "retrouver en 2022" le niveau économique d'avant la crise sanitaire et "préparer la France de 2030", le gouvernement avait annoncé la création du plan "France Relance", chiffré à 100 milliards d'euros, qui comprend 70 mesures autour de trois axes : la transition écologique, la compétitivité des entreprises et la cohésion sociale et territoriale.

Quatre milliards d'euros devraient être utilisés pour la rénovation énergétique des bâtiments publics - les dossiers sont en cours de sélection -  près de trois milliards d'euros pour soutenir l'automobile ou l'aéronautique ou encore près de trois milliards d'euros investis pour développer l'apprentissage.

Un chèque de 40 milliards pour la France

Sur ces 100 milliards, une grande partie est financée par des fonds européens. La France attend un chèque de 40 milliards d'euros, précisément. Ainsi, à Paris, on suivait de très près les négociations avec la Pologne et la Hongrie.

Pour obtenir cette manne, il faudra prouver que les financements seront alloués à des dépenses d'avenir. La Commission européenne a déjà été sensibilisée de façon informelle et le plan sera présenté officiellement courant janvier. Si tout se passe bien, les 40 milliards d'euros accordés devraient arriver vers l'été prochain.

Europe 1
Par Emmanuel Duteil, édité par Mathilde Durand