Les soldes d'hiver débutent, sous la menace d'un reconfinement

  • A
  • A
Soldes 1:24
Soldes d'hiver : les commerçants espèrent que les clients répondront présents, malgré le couvre-feu. © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Partagez sur :
Les soldes d'hiver débutent mercredi. Les commerçants espèrent que les clients répondront présents, malgré le couvre-feu instauré à 18 heures depuis samedi et le télétravail qui bouscule les habitudes de consommation des Français. Par dessus tout, tous craignent un nouveau confinement. 

Top départ pour les soldes d'hiver qui débutent mercredi, et non le 6 janvier comme initialement prévu. Les promotions et ventes privées ont déjà commencé depuis le début du mois, dans un contexte d'inquiétude pour les commerçants. Le couvre-feu à 18 heures, instauré sur le territoire national depuis samedi, ne rassure pas les vendeurs. Selon la fédération de l'habillement, le créneau 18 heures - 20 heures représente en effet 20% du chiffre d'affaires en moyenne. Autre facteur à prendre en compte : le télétravail qui modifie, à la baisse, les envies des clients pour de nouveaux vêtements.

Les secteurs de l'ameublement et de l'électroménager espèrent en revanche bénéficier d'un retour forcé à la maison. D'autant que les soldes d'hiver sont traditionnellement une période faste pour le secteur.

Une adaptation des clients 

Il reste une inconnue : les Français vont-ils jouer les cigales ou les fourmis ? "Je pense que les clients vont être là. On le sent bien : les gens s'adaptent tous les jours, corrigent leurs horaires", confie, optimiste, Christian Beaulme, président de l'association des Commerçants et Artisans des Métropoles de France (CAMF). "C'est ce qu'on essaye de faire passer comme message à nos clients : 'Venez le matin, il y a moins de monde, vos commerçants seront ouverts au moins une heure plus tôt'.

"En tout cas, tout le monde est dans les starting-blocks pour les soldes, on est prêt", assure le commerçant. 

La menace d'un troisième confinement

Dans les plus petites villes, moins de 20.000 habitants, où les gens vivent mais travaillent peu, la situation s'annonce plus complexe. Les clients n'ont plus le temps de s'arrêter après leur journée de travail.

Malgré tout, une menace générale plane : la perspective d'un troisième confinement, non écartée par le gouvernement qui se réunit mercredi pour un conseil de défense sanitaire. 

Europe 1
Par Carole Ferry, édité par Mathilde Durand