Prélèvement à la source : comment choisir son taux ?

, modifié à
  • A
  • A
Prélèvement à la source 1280
Le prélèvement à la source entre ne vigueur au 1er janvier 2019. © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
Vous avez jusqu’au 15 septembre pour décider du type de taux de prélèvement à la source qui vous sera appliqué en janvier 2019. Un choix qui comprend quelques subtilités.

Plus que quelques jours avant de graver le prélèvement à la source dans le marbre. Les contribuables soumis à l’impôt sur le revenu ont jusqu’à samedi 15 septembre minuit pour valider le taux qui leur a été proposé par l’administration fiscale et sera appliqué sur leurs revenus de 2019, chaque mois. Si le fisc propose d’emblée un taux personnalisé, il est possible d’en changer et d’opter pour un taux individualisé ou un taux neutre. Deux options qui offrent des avantages différents mais ne changent pas le montant final de l’impôt à régler.

 

>> Taux, changements de situation, crédits d'impôt... Europe 1 répond à toutes vos questions sur le prélèvement à la source

Le taux personnalisé

Lorsque vous avez déclaré vos revenus de l’année 2017, l’administration fiscale a déterminé votre taux de prélèvement à la source qui s’appliquera, sauf réclamation de votre part, à compter de janvier 2019. Ce taux vous a été communiqué sur votre avis d’imposition cet été et vous pouvez le retrouver dans votre espace personnel sur le site des impôts, dans la rubrique "Gérer mon prélèvement à la source". Ce taux par défaut tient compte de vos revenus (salaire et revenus complémentaires) et de votre situation familiale.

Ce taux personnalisé peut ne pas arranger tout le monde et ce pour deux raisons : il ne tient pas compte des écarts de revenus au sein d’un même foyer et il communique des informations si la situation financière et familiale du salarié à son employeur. Si cela vous dérange, vous avez la possibilité de changer de taux, soit dans votre espace personnel en ligne, soit directement dans un centre des impôts.

Le taux individualisé

Si vous êtes marié ou pacsé, vous pouvez choisir un taux individualisé, intéressant pour les couples avec des différences de salaires importantes entre les conjoints. En optant pour le taux individualisé, chacun paiera en fonction de ses propres revenus. Celui qui gagne le plus peut ainsi choisir d'être d'avantage prélevé que l'autre. Dans ce cas de figure, c’est le fisc qui définit ces taux individualisés selon vos niveaux de revenus. Quoi qu’il en soit, à l’arrivée, la facture restera  la même.

Le taux neutre

Deuxième option : vous avez la possibilité de choisir un taux neutre, uniquement basé sur votre salaire. Une solution qui intéressera ceux qui ne veulent donner aucune information supplémentaire à leur employeur, notamment sur le niveau de leur patrimoine. Ce taux neutre est basé sur une grille établie par le fisc, à partir de la situation d’un célibataire sans enfant ne percevant aucun revenu annexe.

Tableau taux neutre

Si vous optez pour le taux neutre, deux options sont possibles : le taux est supérieur ou inférieur à ce que vous auriez payé avec un taux personnalisé. Si vous êtes marié avec des enfants, vous allez ainsi probablement payer plus que ce que vous devez. Dans les deux cas, l’administration fiscale effectuera une correction en vous reversant le trop-perçu ou, au contraire, en vous réclamant un complément. Seule différence : le complément doit être payé tous les mois sous forme de prélèvement sur le compte bancaire, tandis que le remboursement n’interviendra qu’à l’été 2020.

Que faire si votre taux ne vous convient pas ?

Le taux personnalisé proposé par l’administration fiscale a été calculé cet été sur la base de vos revenus de 2017. Or, il est possible qu’entretemps votre situation ait changée (changement ou perte d’emploi, évolution de la situation familiale…). Vous ne pouvez pas modifier votre taux avant le 2 janvier mais, à ce moment-là, il sera possible de signaler aux impôts votre volonté de modifier votre situation. Dans le cas des salariés payés (et donc prélevés) en fin de mois, cela devrait laisser assez de temps au fisc pour adapter votre taux.