"Les choses fonctionnent" : à Amiens, Gérald Darmanin fait le service après-vente du prélèvement à la source

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
En visite dans un centre des impôts à Amiens, Gérald Darmanin a répondu aux appels des contribuables et martelé son message : la réforme fonctionne parfaitement, dans l'intérêt des Français.
REPORTAGE

C'est ce qui s'appelle faire le service après-vente. Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a entamé mercredi, à Amiens, un tour de France des finances publiques, pour aller à la rencontre des contribuables et des agents. Responsable du bon déroulement de l'application du prélèvement à la source, il va visiter une quinzaine de centres en janvier, afin de montrer qu'il est présent, alors que la réforme est entrée en vigueur le 1er janvier. Avec un mot d'ordre : la pédagogie.

Une réforme de simplification. Mercredi matin, à Amiens, Gérald Darmanin est donc venu partager son temps avec les agents de l'administration fiscale chargés de répondre aux questions des Français. Et le ministre a même mis la main à la pâte en prenant l'appel d'une contribuable qui a vendu un bien immobilier après avoir rempli sa déclaration de revenus en avril, une transaction qui impacte le taux de prélèvement à la source. Un échange cordial, ponctué d'un "Bonne année !" enjoué de Gérald Darmanin, qui a tout de même redirigé la personne vers un agent.

Sur place, le ministre a martelé son message : le prélèvement à la source est une réforme de simplification, qui permet de payer des impôts qui correspondent vraiment à nos revenus du moment. "La dame en question a vendu un bien immobilier et a donc vu ses revenus fonciers diminuer. On va donc lui baisser son taux d'imposition dès le mois prochain alors qu'avant, elle aurait attendu un an", illustre Gérald Darmanin. Le ministre a par ailleurs estimé que "l'impact psychologique" du prélèvement à la source à chaque fin de mois sera compensé par le "bon sens des Français" : "ils ne sont pas idiots, ils savent qu'il faut payer l'impôt sur le revenu".

"Pas de bug", assure Darmanin. Le ministre a également tenu à rassurer sur le bon fonctionnement du système. "Nous sommes le 2 janvier au matin. On avait prédit que tout début janvier il y aurait un bug général et que nous ne pourrions plus rien faire (…) Ce n'est pas le cas", a déclaré Gérald Darmanin au cours de sa visite. "Chacun constate que les choses fonctionnent, que les agents des finances publiques sont au rendez-vous, que le site internet n'a pas 'buggé', que tout le monde a pu travailler et que la République fonctionne ce matin. Je m'en félicite", a-t-il poursuivi.

Pour la majorité des Français, à savoir les salariés, la réforme ne sera visible qu'à la fin du mois, lors de la réception des bulletins de paye de janvier. Mais le prélèvement est effectué à partir du 2 janvier pour les retraités, les salariés des entreprises pratiquant le décalage de paie (salaire de décembre versé en janvier) ainsi que pour les allocations chômage de décembre versées en janvier.