Grève : les commerçants parisiens plus touchés que ceux des autres régions

  • A
  • A
magasin noël jouets
Les magasins de jouets tirent leur épingle du jeu malgré la grève (photo d'illustration). © DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :
Après dix jours de grève, le premier bilan économique est nuancé. À Paris, les transports très perturbés entraînent de fortes baisses du chiffre d'affaires de certaines enseignes. En revanche, ailleurs en France, les commerçants s'en sortent bien.
DÉCRYPTAGE

La grève entame son deuxième week-end avec le dixième jour de mobilisation contre la réforme des retraites, samedi. Dans certaines villes, notamment Paris, les transports en communs sont toujours perturbés. Résultat, pour les consommateurs, il n'est pas toujours possible de se déplacer pour faire ses courses de Noël. En plein rush de fin d'année, les commerçants commencent à sentir les effets de la grève sur leur chiffre d’affaires. Mais l’impact économique n’est pas le même partout en France, a constaté Europe 1. 

À Paris, les commerçants font grise mine. À cause des manifestations et de la grève dans les transports en commun, les Franciliens ont beaucoup de mal à venir faire leurs courses de Noël dans la capitale. "Les grosses baisses, c’est principalement à Paris. Avec les manifestations, les transports à l'arrêt, les fermetures sur arrêté préfectoral, la fréquentation chute. On observe des baisses de -30 à -50% de chiffre d’affaires", déplore Francis Palombi, président de la Confédération des Commerçants. 

Les magasins de jouets s'en sortent bien

Ailleurs en France, après une première semaine compliquée, le commerce tient plutôt bien. À Marseille, Bordeaux, Toulouse, les chiffres sont bons, assure-t-on à Bercy. Idem dans les petites et moyennes villes où les gens privilégient la voiture. Résultat, les grandes chaînes de magasins de jouets sont dans le vert cette semaine. C'est +15% à La Grande Récré, par exemple, et une fréquentation qui remonte chez JouéClub en province, alors qu'à Paris, l'enseigne subit une baisse de 30% des ventes. 

"Les consommateurs s'organisent. Sur cette deuxième semaine, on a une amélioration dans la plupart des villes de France. On constate qu’en périphérie de Paris, notamment, l’activité est plus forte parce que les personnes qui viennent habituellement faire leurs achats dans Paris le font à côté de chez eux", explique Franck Mathais, porte-parole de JouéClub.

Mais ce nouvel élan risque d’être coupé net lundi, avec la grève des transporteurs routiers. Chez Auchan par exemple, on craint davantage cette mobilisation... Car si elle devait durer, elle mettrait en danger l’approvisionnement des magasins.