Covid-19 : qu'est-ce que ce filtre à air qui va vous rassurer dans les transports ?

  • A
  • A
Bus Car RATP Covid-19 1:32
Valéo a pensé son système de désinfection de l'air pour rassurer les voyageurs. © Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
L'équipementier français Valéo a élaboré un boîtier capable de purifier l'air et d'éliminer la très grande majorité des bactéries à bord des transports en commun. Cela pourrait permettre aux opérateurs de retrouver une forme de sérénité face à la crise économique liée au coronavirus.

C'est une innovation imaginée par l'équipementier Valéo pour rassurer ceux qui ont délaissé les transports en commun et en particulier les bus : la firme française a mis au point un dispositif sanitaire capable d'éliminer plus de 95% des virus, dont le Covid-19. Il s'agit d'un système de purification de l'air qui utilise la technologie des rayons UV, comme dans les hôpitaux.

"Rayons UV très puissants"

Ce nouveau produit consiste en un boîtier qu'il est possible d'installer sur tous les types de bus et d'autocars, dans le système de climatisation ou dans la ventilation. Il s'agit de l'association d'une lampe UV et d'un labyrinthe de lumière, qui empêche la diffusion des rayons en dehors du boîtier.

Concrètement, "on utilise des rayons UV très puissants, bactéricides, qui vont assainir l'air", explique Guillaume Devauchelle, directeur de l'innovation de Valéo. "L'air qui circule est débarrassé de ses impuretés. Ensuite, les bactéries résiduelles sont tuées par ces rayons UV."

Désinfection "en permanence"

Le but de ce boîtier est de constituer un bouclier sanitaire pour rassurer les passagers, surtout ceux qui n'ont parfois pas d'autre option que le bus. Mais l'objectif est également d'aider les opérateurs de transports à éviter une crise économique après la crise sanitaire : "L'idée est de permettre aux opérateurs de flotte de remplir leurs bus", insiste Guillaume Devauchelle. "On n'a pas la peur de quelqu'un qui serait monté avant, assis au même siège. Le système désinfecte en permanence."

La technologie a été homologuée par l'Institut de Virologie de Francfort et est utilisée actuellement dans des bus au Brésil. D'autres commandes ont déjà été passées, aux États-Unis, en Inde et en Europe.