Ces marques françaises qui ont décidé de boycotter le Black Friday

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Faguo, Nature & découverte, Jimmy Fairly, Bergamotte... Des centaines de marques françaises ont décidé de boycotter le Black Friday. "Pour une raison simple : c'est une journée qui incite à une surconsommation déraisonnable", indique le cofondateur du collectif "Make Friday green again", Nicolas Rohr, sur Europe 1.
INTERVIEW

Le "Black Friday" a lieu ce vendredi. Et ce jour de ventes à prix cassés, concept importé des États-Unis, ne plait pas à tout le monde. Plus de 450 marques françaises ont décidé de boycotter l’événement, parmi lesquelles Faguo, Nature & découverte, la marque de lunettes Jimmy Fairly ou encore la société de livraison de bouquets de fleurs et de plantes Bergamotte.

Ces marques se sont réunies dans un collectif, baptisé "Make Friday green again" (littéralement, "rendre le vendredi de nouveau vert"). Nicolas Rohr​, directeur de la marque de vêtements Faguo et cofondateur de ce collectif, était l'invité d'Europe 1 pour expliquer cette démarche.

Entendu sur europe1 :
C'est un non sens complet. On ment au consommateur pendant une journée

"Les marques du collectif ne font pas le Black Friday pour une raison simple : c'est une journée qui incite à une surconsommation déraisonnable, avec un coût environnemental et social. Nous sommes dans une période où il n'y a pas de promotion, et on organise tout de même une journée pour inciter le consommateur à acheter plus que prévu, à un prix qui n'est pas le prix juste", explique sur Europe 1 Nicolas Rohr​.

Les marques du collectif "Make Friday green again" ont donc décidé de faire de ce vendredi une journée "normale", sans prix cassés. "Avec Faguo, nous représentons des marques qui vendent toute l'année aux 'vrais' prix, et qui organisent des promotions uniquement lors de soldes, aux 'vrais temps'. Avec cette surenchère des promotions, les marques répercutent les coûts avec du personnel qu'elles ne peuvent plus rémunérer. C'est un non sens complet. On ment au consommateur pendant une journée. Le consommateur est ensuite libre de dire : 'Pourquoi vous ne pratiquez pas ces prix toute l'année' ? Et bien parce que ces prix ne sont pas justes", argumente Nicolas Rohr.

Entendu sur europe1 :
On incite les consommateurs à être plus raisonnables, à prendre le temps de regarder leur dressing

Les membres du collectif ont envoyé des directives aux distributeurs, physiques et numériques (Amazon, par exemple), pour qu'ils ne bradent pas les prix sur leurs produits, mais sans garanties d'être exaucés. Le directeur de Faguo appelle l'ensemble des consommateurs à faire de ce jour une journée pour l'environnement et l'économie circulaire.

"On incite les consommateurs à être plus raisonnables, à prendre le temps de regarder leur dressing, de voir ce qu'ils utilisent déjà et ce qu'ils n'utilisent jamais, de le réparer, de le vendre ou de le recycler, pour créer une économie circulaire et moins puiser dans les ressources de notre planète. 60% des consommateurs ont des vêtements qu'ils n'utilisent jamais", déplore Nicolas Rohr.

Chaque année, plus de 60% des consommateurs français font des achats lors de ce "vendredi noir" qui arrive, rappelons le, moins d'un mois avant Noël. Les membres du collectif "Make Friday green again" espère, par leur initiative, "dé-noircir" un peu les allées des centres commerciaux cette année.