Après une chute de 85% du trafic, l'avenir de l'Eurostar en question

  • A
  • A
En partance de Paris, L'Eurostar n'effectue plus qu'un seul aller-retour par jour en ce moment. 1:30
En partance de Paris, L'Eurostar n'effectue plus qu'un seul aller-retour par jour en ce moment. © Niklas HALLE'N / AFP
Partagez sur :
La société Eurostar, détenue à 55% par la SNCF, qui assure les liaisons ferroviaires entre Londres, Paris, Bruxelles et Amsterdam, a été frappée de plein fouet ces derniers mois, à la fois par le Brexit et les restrictions de déplacements liées à la crise sanitaire du Covid-19.

Brexit, crise sanitaire et maintenant variant anglais du Covid-19... tous les voyants sont au rouge pour l'Eurostar, qui a vu son trafic baisser de 85% en 2020. Et les restrictions se sont renforcées ces derniers jours côté français, avec un isolement puis un test PCR obligatoire pour tout retour du Royaume-Uni. Eurostar est détenu à 55% par la SNCF, et n'a pour l'instant pas reçu d'aides, ni en France ni en Angleterre. L'inquiétude monte des deux côtés de la Manche sur la pérennité du train qui permet de voyager entre Paris et Londres en un peu plus de 2 heures, et dont les trajets se font désormais au compte-gouttes.

Il n'y a plus qu'un seul aller-retour quotidien en ce moment, contre une douzaine en temps normal. Les salariés qui travaillent à bord des trains se retrouvent quasiment sans rien. "Je me souviens d'un train où l'on était trois à travailler pour trois passagers en classe business. Je n'ai effectué que cinq ou six trajets depuis mars", rapporte Nathalie, employée à bord des trains. "On ne peut pas laisser périr une société comme Eurostar, ça n'est pas possible !" Malgré l'activité partielle, Nathalie perd plusieurs centaines d'euros par mois puisque, d'habitude, son salaire est complété par des primes. Elle espère qu'avec la vaccination, le trafic pourra reprendre.

"Aujourd'hui, Eurostar est sous perfusion"

Mais en attendant, Eurostar est dans une situation particulièrement précaire selon Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs. "Aujourd'hui, Eurostar est sous perfusion, la société est dans une situation financière très critique", avoue-t-il auprès d'Europe 1.

Le problème d'Eurostar, c'est d'être une entreprise française en Angleterre et anglaise en France. Un prêt du gouvernement anglais est à l'étude mais pour l'instant, rien n'a encore abouti. Ce qui a forcé un groupe de chefs d’entreprise londoniens a demandé au Premier ministre Boris Johnson un soutien financier rapide à la compagnie qui assure des liaisons entre Londres, Paris, Bruxelles et Amsterdam.

Europe 1
Par Aurélien Fleurot, édité par Romain David